1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Sommet UE-Afrique : Centrafrique et libre-échange

Le 4 ème sommet entre l'Union européenne et l'Afrique a pour thème principal, les accords commerciaux. Mais en marge des discussions, une rencontre se déroule sur la situation en Centrafrique.

Difficile de miser sur un accord entre l'Union européenne et l'Afrique sur les termes de ce partenariat économique en discussion depuis 2010 et plus connu sous l'expression "accords ACP-UE". L'Union européenne a en effet proposé d'ouvrir son marché aux quarante pays les plus pauvres au monde sans percevoir des taxes douanières. Trente-trois de ces pays se trouvent en Afrique. Mais ils doivent en retour ouvrir aussi leur marché à la technologie et aux produits européens. Et l'Union européenne a fixé au mois d'octobre 2014, la date butoir pour trouver un accord.

L'Europe nie avoir des intérêts cachés derrière les accords de partenariat économique

L'Europe nie avoir des intérêts cachés derrière les accords de partenariat économique

Une offre qui fait peur

Côté africain, tout le monde n'est pas prêt. Seuls quatre pays ont pour l'instant donné leur accord. Les autres gouvernements craignent qu'une ouverture des marchés aux produits européens soit la mauvaise décision. Mais Jack Mangala, professeur de sciences politiques et d'études africaines à Michigan aux Etats-Unis ne partage pas ce point de vue :

« Les accords de partenariat économique doivent être au centre du dialogue politique parce que, si vous regardez du côté des Africains, les leaders africains doivent prendre sérieusement en compte les conséquences politiques d'un échec des négociations. Je pense que les deux parties ont intérêt à s'accorder.»

L'Afrique qui enregistre une croissance économique soutenue attire les investisseurs occidentaux et asiatiques

L'Afrique qui enregistre une croissance économique soutenue attire les investisseurs occidentaux et asiatiques

Course entre pays industrialisés

Pour l'union européenne, une ouverture réciproque des marchés obéit à une logique de développement des pays africains. Mais derrière cette ouverture, l'exonération des taxes offrirait aux Européens une avancée sur les concurrents chinois et américains qui sont également présents sur le sol africain. L'analyse de Francisco Mari, expert à l'organisation protestante allemande "Brot für die Welt", pain pour le monde : « Les Européens veulent évidemment exporter leurs machines et leurs pièces de rechange là-bas en Afrique sans avoir besoin de payer des taxes douanières. Cela les mettrait en meilleure position par rapport aux Chinois et aux Américains qui eux payent des taxes. Et c'est ça l'objectif des Européens meme s'ils affirment n'avoir aucun intérêt particulier.»

Même si la date butoir d'octobre 2014 approche, le sommet de Bruxelles risque de ne pas accoucher d'un accord complet. Et même s'ils pèsent stratégiquement moins que les Européens dans ces négociations, les Africains arrivent avec un atout : Si ce n'est avec l'Union européenne, ce sera avec les Chinois et ou les Américains.

Ci-dessous, les enjeux du sommet à la veille de son ouverture

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !