1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Situation toujours tendue en Syrie

Damas poursuit sa politique de répression contre le mouvement de contestation. Mais pour la première fois, la Ligue arabe a appelé le président Bachar al-Assad à cesser les violences contre les manifestants.

default

Un blindé de l'armée syrienne à Homs

La Ligue arabe a haussé le ton, elle a appelé le président syrien Bachar al Assad à "suivre la voie de la raison avant qu'il ne soit trop tard". Cependant,les autorités syriennes ont rejeté sans ambages cet appel de l'organisation. La prise de position de la Ligue serait une atteinte aux principes de l’organisation, selon Damas et serait en outre "inacceptable et partiale". C’est ce que rapporte ce lundi la chaîne d’information arabe Al-Djazira.

Arabische Liga Ägypten Nabil al-Arabi

Nabil al-Arabi, secrétaire général de la Ligue arabe

Cette réaction survient alors que le Secrétaire Général de la Ligue arabe lui-même, Nabil al-Arabi, attendait un feu vert de Damas. Mandaté par les pays membres de l’organisation, il voulait, dans des entretiens directs avec le gouvernement syrien, négocier un arrêt des violences. Sa visite dans la capitale syrienne, initialement prévue dès dimanche soir, aura lieu, -si elle a lieu!- au plus tôt à la fin de cette semaine, après la fête de fin du ramadan.

Opérations armées

Les évènements sur le terrain ne promettent cependant rien de bon. Les forces de sécurité ont à nouveau frappé. Ainsi une quarantaine de blindés et une colonne de camions transporteurs de troupes spéciales ont encerclé la ville de Homs après la désertion de plusieurs dizaines de soldats appelés. A vingt kilomètres au nord de Homs des forces spéciales de sécurité ont tiré sur la ville de Rastan. Selon des témoins, les troupes s’apprêteraient à entrer dans la ville qui a été ces derniers jours le théâtre de grandes manifestations revendiquant le départ du président Assad.

Syrien Assad Interview TV

Il maintient le cap de sa politique de répression : Bachar al Assad

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme des troupes accompagnées de blindés ont également pénétré lundi matin dans la localité de Hitt, tout près de la frontière nord du Liban. Depuis hier une dizaine de personnes auraient été tuées, de nombreuses autres blessées.

Pourtant, le 17 août dernier déjà, Bachar al-Assad avait affirmé au Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon que les opérations militaires contre les opposants "avaient cessé" dans son pays.


Auteur : Philippe Pognan
Edition : Marie-Ange Pioerron

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !