1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Sierra Leone, la vie quotidienne avec Ebola

La Sierra Leone est devenue officiellement la nation comptant le plus grand nombre de personnes contaminées, avec 7.798 cas de recensés selon les dernières statistiques publiées par l'Organisation mondiale de la santé.

Sierra Leone Freetown Alltag

Un marché de la capitale Freetown

Depuis le début de la crise, le pouvoir d'achat a diminué de 20% dans le pays. Malgré cette situation inquiétante, les gens essaient tant bien que mal de vaquer à leurs occupations.

A Freetown, malgré l'épidémie d'Ebola, la vie semble suivre son cours. Les marchés sont pleins, les rues sont encombrées par les embouteillages aux heures de pointe. Mais l'état d'urgence a été décrété pour tenter de briser la chaîne de transmisison du virus. Sur un marché de la capitale, les vendeuses se plaignent que les affaires marchent mal.

"Je ne vends plus beaucoup, parce qu'il y a moins de monde. Et aussi parce qu'on nous oblige à fermer à 18h. Et puis, comme on dit qu'il ne faut pas de contacts physiques, certaines personnes préfèrent éviter le marché ".

Sierra Leone Freetown Alltag

Scène de marché à Freetown




Beaucoup de denrées alimentaires viennent de zones rurales, placées en quarantaine, et les prix ont grimpé. L'épidémie d'Ebola a des conséquences de nombreux aspects de la vie quotidienne, constate Janet Komba, une mère de famille venue faire ses achats du jour:

"Les gens n'ont plus d'argent. Et les prix ont augmenté. Ces piments, peut-être que demain leur prix aura doublé. Les enfants ne vont plus à l'école, se rendre à l'hôpital est devenu dangereux... Les choses vont vraiment mal "

Afrika Sierra Leone Kinder an einer Schultafel

Plus d'école pour eux

Pour l'instant, les écoles en Sierra Leone sont fermées. Cela signifie que près de 3 millions d'enfants ne sont plus scolarisés. Edna, une étudiant s'inquiète de l'avenir pour elle et ses frères:

"Avec la proximité à l'école, ils risqueraient d'être contaminés. On ne les autorise même pas à sortir de l'enceinte de la maison. Alors toutes la journée, ils regardent des films, et encore des films. Ils s'ennuient. Ils veulent retourner à l'école et ils demandent tout le temps quand cet Ebola va se terminer."

Outre ses conséquences meurtrières immédiates, le virus risque d'entraîner des répercussions à plus long terme pour la population des pays les plus touchés. Même une fois l'épidémie enrayée, la tâche restera énorme.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !