Siemens va demander réparation à 11 anciens dirigeants | Allemagne | DW | 29.07.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Siemens va demander réparation à 11 anciens dirigeants

La nouvelle a été confirmée par le directoire de Siemens : le conglomérat allemand, qui est embourbé dans un vaste scandale de corruption, va demander réparation à 11 anciens dirigeants, une première en Allemagne.

default

Siemens a déjà perdu près de deux milliards d'euros suite au scandale de corruption qui l'éclabousse.

Les deux principaux concernés sont l'ancien chef du conseil de surveillance, Heinrich von Pierer, autrefois l'une des grandes figures de l'économie allemande, et Klaus Kleinfeld, ex-président du directoire. Les deux hauts dirigeants avaient démissionné de leurs fonctions l'année dernière, après la publication d'informations révélant des "paiements suspects". Les 20 membres du directoire de Siemens leur demandent à présent des comptes pour avoir manqué à leur devoir de contrôle et de gestion, autrement dit pour n'avoir pas réussi à faire cesser la corruption et les autres pratiques illégales en vigueur dans l'entreprise entre 2003 et 2006. Une demande de réparation qui pourrait se chiffrer à plusieurs millions d'euros.

Car le scandale de corruption qui éclabousse le conglomérat est d'une ampleur sans précédent dans l'industrie allemande : en menant sa propre enquête, Siemens a admis l'existence de caisses noires à hauteur d'un milliard trois cent millions d'euros, des pots-de-vin versés pour obtenir des contrats internationaux entre 2003 et 2006. Pour le géant de l'électronique, les dommages financiers s'élèvent déjà à près de deux milliards d'euros, une somme qui découle des frais d'avocats, d'enquête interne et des amendes qui ont dû être versées depuis que l'affaire a éclaté au grand jour.

Deutschland Wirtschaft Heinrich von Pierer Rücktritt Siemens

Heinrich von Pierer, ancien chef du conseil de surveillance, est mis en cause pour mauvaise gestion.

Avant de déposer une plainte officielle pour dommages-intérêts, Siemens a toutefois l'intention de laisser les onze personnes concernées s'exprimer. L'avocat d'Heinrich von Pierer a aussitôt fait savoir qu'il se défendrait contre les accusations de mauvaise gestion, un point sur lequel le parquet de Munich mène par ailleurs sa propre enquête. Hier, le premier procès contre un ancien dirigeant du groupe a révélé des défaillances graves dans la gestion interne de l'entreprise, que le tribunal a même qualifiées de "système Siemens".

Si le conglomérat décide réellement de déposer plainte, il est probable qu'il obtienne gain de cause. Ce serait donc une première dans l'histoire de l'industrie allemande. Mais les procédures de réparation risquent de durer plusieurs années. Le directoire de Siemens n'a établi aucun calendrier ni donné davantage de précisions sur les montants que le groupe compte réclamer à ses anciens cadres.