1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Sida - Kenya - Pétrole

Afropresse à présent, l'Afrique à travers la presse allemande.

La presse allemande se fait l'écho cette
semaine du rapport publié par l'ONUSIDA à
l'occasion de la journée mondiale du sida, le
1er décembre. Une fois de plus, comme le
notent les journaux, les pays de l'Afrique
subsaharienne restent les plus durement
touchés. A l'heure actuelle, relève par
exemple la Tageszeitung de Berlin, 20% des
adultes dans cette région du monde sont
séropositifs, soit le taux le plus élevé
depuis l'éclatement de l'épidémie. En Afrique
du sud, 5,3 millions de personnes vivent avec
la maladie, le Botswana et le Swaziland
affichant les taux d'infection les plus
élevés avec 39% de leur population. Hormis
l'Ouganda et le Sénégal, aucun pays africain
pratiquement n'a enregistré de succès dans la
lutte contre le sida. Dans ce contexte le
même journal évoque l'assouplissement de la
stratégie des églises africaines face au
sida. Ceci à l'occasion de la huitième
Conférence des Eglises de toute l'Afrique qui
vient d'avoir lieu à Yaoundé au Cameroun.
Seul un infime pourcentage des 36 millions de
malades du sida et de séropositifs sur le
continent africain savent qu'ils sont
contaminés, note la Tageszeitung. Compte
tenu, précisément, de cette ignorance
massive, il est facile pour des dignitaires
ecclésiastiques de prêcher l'abstinence
sexuelle comme unique remède efficace contre
le sida. Pour la hiérarchie catholique en
particulier, la stratégie popularisée dans de
nombreux pays africains, à savoir abstinence,
fidélité et utilisation de préservatifs - va
déjà trop loin, car l'usage de préservatifs
n'est pas vu d'un bon oeil. Ces dernières
années toutefois, plusieurs rencontres
ecclésiastiques ont dégagé de nouvelles
approches pour assouplir cette position et
empêcher que les églises ne soient
marginalisées dans le débat sur le sida.

Au Kenya, la fin de l'ère Daniel Arap Moi
avait suscité un immense espoir. Mais près
d'un an plus tard, la presse allemande reste
plutôt critique à l'égard du nouveau
gouvernement. L'hebdomadaire Der Spiegel
parle d'une atmosphère de déclin dans
l'ancien paradis touristique. Le gouvernement
du président Kibaki est confronté à un lourd
héritage. Nairobi, la capitale, reste l'une
des villes les plus dangereuses du monde. Les
statistiques policières font état d'une
montée en flèche des meurtres, des vols et
des viols. L'état catastrophique des
infrastructures dissuade les investisseurs.
Dans cette tristesse générale, le ministre du
travail cherche maintenant à briller par une
propagande xénophobe, souligne notre
confrère. Il veut, avant même la fin de
l'année, retirer leur permis de travail à 5
000 étrangers vivant au Kenya, ce qui
équivaut à une expulsion. Les médias
l'épinglent déjà comme le nouvel Idi Amin de
l'Afrique de l'est, ajoute le Spiegel qui
rappelle qu'en 1972 Idi Amin avait expulsé 50
000 Asiatiques d'Ouganda.

Enfin la presse allemande revient cette
semaine sur un sujet qu'elle affectionne
particulièrement depuis un certain temps :
c'est le nouveau boom pétrolier attendu en
Afrique.
La Tageszeitung lui consacre même, sur toute
une page, un article intitulé « L'avenir de
l'Afrique est sous la mer ». Sur les huit
milliards de barrils de nouvelles réserves
pétrolières découvertes dans le monde en
2001, 7 milliards se situent dans
l'Atlantique, au large de l'Afrique centrale.
La ceinture d'Etats allant du Nigéria à
l'Angola, en passant par le Tchad, le
Cameroun, la Guinée Equatoriale, Sao Tomé, le
Gabon, le Congo Brazzaville et la RDC, est à
la veille de gigantesques bouleversements.
Pour les vingt prochaines années, les
recettes pétrolières du continent sont
estimées à 200 milliards de dollars - de quoi
résoudre théoriquement les principaux
problèmes de développement. Mais souligne le
journal, les nouveaux pays pétroliers
affichent déjà des symptômes qui aiguisent
plutôt ces problèmes de développement :
corruption, arrivée d'immigrants démunis et
montée des conflits frontaliers. Bref rien de
bon n'est à espérer pour l'avenir.

  • Date 28.11.2003
  • Auteur Marie-Ange Pioerron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9lI
  • Date 28.11.2003
  • Auteur Marie-Ange Pioerron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9lI
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !