1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Scandale de corruption en Afrique du Sud : L'ANC va-t-il lâcher Zuma ?

L’opposition compte obtenir la semaine prochaine la démission de Zuma au travers d'une motion de censure.

La tension ne baisse pas en Afrique du Sud après la publication mercredi d’un rapport de 355 pages sur la gouvernance de Jacob Zuma. Ce document fait état de rapports de corruption entre le président Zuma et plusieurs de ses collaborateurs avec les Gupta, une famille accusée d'influencer le pouvoir. La rue réclame son départ et l’opposition appelle à sa destitution. Au sein de son parti l’ANC ( Congrès national africain), c’est l’indignation, sans toutefois inviter explicitement le président Zuma à partir.

Südafrika Tausende protestieren vor Präsidentenpalast gegen Zuma (GettyImages/AFP/G. Guercia)

La tension ne baisse pas en Afrique du Sud suite aux révélations de corruption visant le président Zuma

A en croire Claus Stäker, directeur des programmes Afrique de la Deutsche Welle, le changement ne viendra pas de l’ANC, car Jacob Zuma y détient la majorité. ''Dans le passé, il y a eu beaucoup de tentatives pour gagner la majorité contre Zuma, mais cela n’a pas marché. C’est pourquoi je ne crois pas à une action allant dans ce sens du côté de l’ANC. Le changement viendra plutôt de l’extérieur du parti, des médias, de la société civile ou de la justice. Je ne crois plus à un renouveau de l’ANC'' indique-t-il. 

Jacob Zuma a construit de grandes défenses autour de lui au sein du parti. Cela lui a permis d’éviter sa destitution après plusieurs scandales, dont celui d’une de ses résidences financée par des fonds publics. Aujourd’hui ses soutiens sont en train de tomber, estime  Anne Dussez, spécialiste de l’Afrique du sud. 

Selon elle, la préoccupation de l’ANC aujourd’hui est précisément d'éviter l’implosion du parti. ''Ce que cherche à faire l’ANC, c’est que lors de l’éviction de Zuma, qui paraît assez inéluctable maintenant que le parti ne soit pas affecté. C’est cette préoccupation que les membres de l’appareil de l’ANC ont : que le parti ne soit pas emporté avec la défaite de Zuma. Dans l’ANC, il y a déjà des propositions de succession qui se font et même publiquement notamment son vice président Ciryl Ramaphosa'', affirme-t-elle.

Le président Zuma est absent du pays. Il séjourne actuellement au Zimbabwe. Les vétérans de son parti, par la voix de Cheryl Carolus, ont qualifié de ‘‘honte‘‘ ces nouveaux scandales et ont demandé à rencontrer  Zuma dès son retour. 
 

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !