Sauver Opel = gagner les élections ? | Vu d′Allemagne | DW | 16.09.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Sauver Opel = gagner les élections ?

La presse allemande commente toujours la vente d'Opel, notamment les conséquences du rachat sur son nouveau propriétaire Magna. Volkswagen et BMW menacent en effet d'annuler leurs contrats avec l'équipementier.

default

Adam Opel, fondateur de la marque, doit se retourner dans sa tombe

Merkel äußert sich zu Verkauf von Opel an Magna

Angela Merkel, le 10 septembre, annonce la décision de GM

Désormais, il n'y a pas qu'Opel qui se trouve dans une situation précaire mais aussi son repreneur, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung. BMW et Volkswagen ne comptent apparemment plus faire développer de composants innovants tels que des pièces électroniques par Magna. Ils craignent en effet que ce savoir-faire atterrisse chez leur concurrent Opel. Et le journal de conclure : le mécontentement des clients de Magna dû à sa nouvelle casquette de constructeur automobile pourrait avoir de sérieuses conséquences pour l'équipementier.

Pour Die Welt, Angela Merkel et son gouvernement ont utilisé le sauvetage d'Opel à des fins électorales. En milieu de semaine dernière, la chancelière a pu annoncer la vente du constructeur automobile. Quel triomphe, à deux semaines des législatives ! Dommage pourtant qu'après ce succès, autant de questions restent ouvertes. Par exemple : pourquoi fallait-il à tout prix sauver Opel ? Maintenir artificiellement en vie une entreprise vieillissante grâce à des subventions publiques affaiblit la concurrence et détruit à long terme des emplois, estime Die Welt.

Bundestagswahlkampf 2009 Flash-Galerie

La voiture de campagne d'Angela Merkel : une Opel !

La Süddeutsche Zeitung critique l'hésitation de la commission européenne dans l'affaire Opel. Les élections législatives allemandes ont plongé Bruxelles dans une sorte de torpeur. Les garants de la concurrence qui, d'habitude, poursuivent impitoyablement les Etats qui ne respectent pas les règles communes, restent complètement passifs dans le cas d'Opel. La Commission attend en effet les détails du contrat. Or ce sont justement ces détails qui vont déterminer si les milliards promis par l'Allemagne à Magna seront validés par Bruxelles. Berlin devrait livrer ces informations au cours des prochaines semaines. Ce sera probablement après les élections, lorsque le nombre d'emplois en jeu ne sera plus convertible en voix d'électeurs.

Landtagswahl Sachsen Stanislaw Tillich August 2009

Stanislaw Tillich (CDU) est reconduit à la tête de la région de Saxe

A propos d'élections, la Berliner Zeitung commente la formation d'une coalition régionale entre la CDU et le FDP. Il n'aura fallu que trois semaines aux conservateurs et aux libéraux pour former, en Saxe, l'alliance dont rêve Angela Merkel au niveau fédéral. Une étape interprétée par les principaux protagonistes comme un signal pour l'après 27 septembre. Mais selon le journal, cette autosatisfaction cache une incertitude grandissante au sein des deux partis : selon les derniers sondages, la probabilité d'une coalition jaune-noire est en train de vaciller.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !