Sarkozy perd le premier tour | Europe | DW | 23.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Sarkozy perd le premier tour

Le socialiste François Hollande arrive en tête avec 28,63% des voix devant le président sortant qui obtient 27,18% des suffrages. La candidate d'extrême-droite Marine Le Pen crée la surprise avec un score de 18%.

France's President and UMP party candidate for the 2012 French presidential elections Sarkozy speaks to supporters at La Mutualite meeting hall in Paris // Eingestellt von wa

Frankreich / Präsidentenwahl / Sarkozy

Contre toute attente, les Français ont été très nombreux à se rendre aux urnes hier. Le taux de participation s'élève à plus e 80%. C'est moins bien qu'en 2007 mais mieux qu'en 2002 ou en 1995. La majorité des électeurs ont donné leur voix au candidat socialiste François Hollande, qui prend la première place devant son adversaire conservateur, Nicolas Sarkozy. C'est la première fois qu'un président sortant n'arrive pas en tête d'un premier tour au cours de la Ve République.

L'autre grande première, c'est le score inédit de la candidate du Font National : Marine Le Pen obtient un résultat encore jamais atteint par son parti avec 17,9% des voix et monte ainsi sur la troisième marche du podium. Face à cela, François Hollande a mis l'accent sur le vote anti-sarkozyste.

epa03192221 French Socialist Party (PS) candidate for the 2012 French presidential election, Francois Hollande (C) waves to onlookers after casting his vote for the first round of France's presidential elections at a polling station in Tulle, France, 22 April 2012. Walking behind him is French journalist Valerie Trierweiler (R), partner of Socialist Party (PS) candidate Francois Hollande. France was voting 22 April in a first round of a presidential election, in which Socialist frontrunner Francois Hollande is tipped to defeat incumbent French President Nicolas Sarkozy. EPA/CAROLINE BLUMBERG +++(c) dpa - Bildfunk+++

Le candidat socialiste François Hollande à sa sortie du bureau de vote de Tulle dans le centre de la France

Siphonner les voix du FN

En finir avec Nicolas Sarkozy : c'est aussi le message de Jean-Luc Mélenchon du Front de gauche, qui ne s'est pas imposé comme le troisième homme mais a tout de même réussi à obtenir un score à deux chiffres: 11%. Autres soutiens pour François Hollande : celui d'Eva Joly dont le parti Europe Ecologie les Verts avait d'ores et déjà signé un accord électoral et celui du petit candidat d'extrême gauche Philippe Poutou. Le socialiste est actuellement donné vainqueur au second tour par deux sondages mais Nicolas Sarkozy compte bien miser sur les report des voix d'extrême droite. Son discours d'hier soir, très volontariste, témoigne du fait que rien n'est encore joué s'il sait "siphonner" les voix du Front National comme il l'avait fait en 2007.

Mais Marine Le Pen n'appellera pour sa part à voter pour personne. Le choix de ses électeurs reste donc la grande inconnue. Quant au centriste François Bayrou, qui essuie un échec avec seulement un peu plus de 9% des voix, il semble décidé à jouer les arbitres : après avoir questionné les candidats sur leurs projets, il prendra, dit-il, ses responsabilités. Une consigne de vote de sa part pourra alors peut-être peser dans la balance

Auteur : Anne-Julie Martin
Edition : Jean-Michel Bos

Écouter l'audio 01:33

Les réactions côté allemand - Eric Segueda

Audios et vidéos sur le sujet