Sanogo invite les Maliens à des assises nationales | Afrique | DW | 04.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Sanogo invite les Maliens à des assises nationales

La rencontre devra déboucher sur une feuille de route pour une période de transition consensuelle. Les partis politiques et les organisations indépendantes sont invités à faire des propositions de sortie de crise.

default

Amadou Sanogo, le chef de la junte veut discuter directement avec les maliens

Deux semaines après sa prise du pouvoir par la force, le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat se trouve confronté à deux contraintes majeures. La junte militaire fait face à la fois à la rebellion touareg du MNLA qui revendique l'indépendance de l'Asawad et aux combattants islamistes d'Ansar Dine qui veulent instaurer la Charia, la loi islamique dans les territoires sous leur magistère. Ces deux groupes contrôlent actuellement le quart du territoire national du Mali. Au même moment le Mali est sous un embargo total des 15 pays de la CEDEAO. Pour briser la chaine de son isolement au moins à l'intérieur, la junte militaire a finalement opté pour le dialogue avec les forces vives du pays.

Les partis politiques divisés

DW_Mali2

Mouvement de soutien en faveur de la junte au lendemain du 22 mars

Mais la proposition faite par le capitaine Sanogo est loin de faire l'unanimité au sein des partis politiques. Pour Ismaila Papa Sy du parti pour la démocratie et le renouveau, les militaires doivent retourner dans leurs casernes. En revanche, Younouss Hamèye Dicko du Rassemblement pour le développement et la solidarité salue la démarche. Pour lui, seules les prochaines assises nationales permettront de trouver la réponse à la situation politico-militaire qui sécoue actuellement le Mali.

Du côté de la société civile - en tout cas celle favorable à la junte - on accuse les partis politiques d'être responsables des maux dont souffre actuellement le Mali. C'est ce qu'a expliqué Michel Coulibaly, de l'institut des sciences politiques basé à Bamako, à la Deutsche Welle.

Violations en masse des droits de l'homme

Mali Tuareg Rebellen

Rebelles Touaregs nouveaux maîtres du nord Mali

Par ailleurs, l'association malienne des droits de l'homme - AMDH - continue de dénoncer les nombreuses violations des libertés collectives dans le nord Mali, tombé aux mains des rebelles Touareg et des islamistes d'Ansar Dine. Selon Brahima Koné, président de l'AMDH, l'inquiétude ne cesse de grandir chez les populations originaires du sud du pays. Les combattants d'Ansar Dine ont menacé de faire appliquer la Charia, la loi islamique dans les zones qu'ils contrôlent.

Auteur : Bob Barry
Edition : Marie-Ange Pioerron, Cécile Leclerc

Le plus WEB : écoutez ci-dessous Brahima Koné, président de l'AMDH, qui dénonce les atteintes aux droits de l'homme dans le nord du Mali !

Ecoutez également le témoignage anonyme d'un habitant de Tombouctou, où les islamistes d'Ansar Dine pourraient appliquer la charia dans les prochains jours.

Retrouvez notre dossier spécial Mali

Audios et vidéos sur le sujet