1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

"Sangaris" un mois après

Un mois après le début de l'intervention française en République centrafricaine le pays peine à retrouver le calme et la sécurité. Les violences à caractère religieux se poursuivent et le désarmement des milices piétine.

Des soldats français de l'opération Sangaris en position dans le disctrict Combattant près de l'aéroport de Bangui (25.12.2013)

Des soldats français de l'opération "Sangaris" en position dans le disctrict "Combattant" près de l'aéroport de Bangui (25.12.2013)

Mille six cents soldats sont déployés dans le cadre de l'opération dénommée "Sangaris", une opération autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour appuyer les forces africaines de la Misca. L'objectif était de garantir la sécurité et l'aide humanitaire. Mais depuis, le pays reste embourbé dans le chaos. Depuis plusieurs jours, de nombreux pays africains organisent des départs massifs de leurs ressortissants, craignant pour l'insécurité qui règne dans le pays.

En France, l'opération "Sangaris" est contestée et l'opposition de droite a réclamé en vain ce mardi, la création d'une mission parlementaire pour aller faire le point de la situation en Centrafrique.

Ecoutez ci-desous le point de vue de Joseph Bendounga homme politique centrafricain et ancien maire de la ville de Bangui, interrogé par Fréjus Quenum :

Écouter l'audio 01:58

"La situation s'est encore compliquée" (Joseph Bendounga, homme politique et ancien maire de Bangui)

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !