1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

« Sangaris » se poursuit en Centrafrique

L'opération lancée par l'armée française en Centrafrique se poursuit. Au deuxième jour du désarmement des groupes armés, dans les rangs des troupes françaises deux décès sont déjà enregistrés.

Les soldats ont pour mission de sécuriser la Centrafrique

Les soldats ont pour mission de sécuriser la Centrafrique

Les deux soldats français ont été tués au cours d'un accrochage à Bangui cette nuit. Selon les autorités françaises, l'accrochage a eu lieu lors d'une patrouille non loin de l'aéroport. Depuis l'arrivée des troupes françaises en Centrafrique les groupes armés se font toutefois discrets.

La France n'envisage pas pour le moment un renforcement de ses troupes sur place

La France n'envisage pas pour le moment un renforcement de ses troupes sur place

Pour le moment, le désarmement semble porter des fruits, un nombre assez considérable d'armes à feu mais aussi d'armes blanches a été saisi. Mais selon diverses sources, beaucoup de ces armes sont encore dissimulées dans la ville.

Des inquiétudes soulevées

La France s'est engagée dans cette opération de sécurisation sans un appui au sol de ses alliés et cela, visiblement, inquiète. Certains parlementaires craignent en effet que l'opération Sangaris ne s'enlise et ne nécessite plus d'hommes sur le terrain. Pour Jean-Claude Allard, spécialiste des questions de défense et de sécurité et directeur de recherche à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques à Paris, il ne fait aucun doute qu'il faut plus de soldats pour une telle mission.

« La France n'est pas réellement habituée à ce genre d'activité. Si on veut avoir la sécurité dans le pays, il faudrait, je pense beaucoup plus de forces internationales. C'est une affaire extrêmement compliquée qui ne se résoudra pas dans les six mois, qui ne se résoudra pas avec les 3.000 soldats de la Misca et 1.600 français dont une partie est occupée à sécuriser des installations comme l'aéroport et autres. »

François Hollande était en Afrique du Sud pour la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela, il est attendu à Bangui dans la soirée

François Hollande (à d.) était en Afrique du Sud pour la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela, il est attendu à Bangui dans la soirée

Toutefois l'opération Sangaris a un appui logistique. En plus de la Grande-Bretagne, les Etats-Unis ont également annoncé la mise à disposition de deux appareils de transport pour convoyer une partie des troupes africaines.

François Hollande attendu à Bangui

C'est dans ce contexte que le président français François Hollande se rend en République centrafricaine ce mardi après avoir assisté à la cérémonie officielle d'hommage à Nelson Mandela en Afrique du Sud. Un déplacement qui devrait contribuer à encourager les 1.600 soldats français déployés sur le terrain. Il doit également rencontrer les autorités de transition centrafricaines.

Le Premier ministre français s'est pour sa part efforcé de rassurer les députés sur les chances de réussite de l'opération. Devant l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault a promis que l'intervention française en Centrafrique serait « l'affaire de quelques mois ».

Écouter l'audio 02:03

« Il y a encore des poches de résistance » Joseph Bindoumi, président de la Ligue centrafricaine des droits de l’Homme

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !