1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Samy Badibanga ne fait pas l'unanimité

Conformément à l'accord politique en RDC, le président Kabila a nommé un participant de l'opposition au dialogue national au poste de Premier ministre. Samy Badibanga ne fait pourtant pas l'unanimité.

Écouter l'audio 02:09

"Monsieur Badibanga est en train de fuir le vrai dialogue" (Michel Kabwe, cadre de l'UDPS)

Le président congolais Joseph Kabila a nommé Samy Badibanga, député élu de l'UDPS et président du groupe parlementaire UDPS et alliés, au poste de Premier ministre, conformément à l'accord politique issu du dialogue clôturé le mois dernier avec une partie de l'opposition. Selon cet accord, le chef du gouvernement devait être issu d'un parti d'opposition ayant pris part au dialogue. 

Pour Jean-Luc Kayoko, cette nomination est une bonne nouvelle : "cela nous arrange parce qu'on comprend qu'on est quand même en train de suivre les résolutions du dialogue (...)"  déclare ce leader de la société civile à Lubumbashi. Pour lui, Samy Badibanga, est un combattant de longue date de l'UDPS et en plus il est député. Ce serait une bonne chose qu'il prenne "des technocrates dans son équipe" pour faciliter la décrispation politique. 

Kongo Kinshasa Nationaler Dialog Opposition (Getty Images/AFP/J. Kannah)

Entre le médiateur togolais Edem Kodjo et l'opposant Vital Kamerhe, Samy Badibanga, nouveau Premier ministre

Samy Badibanga ? L'UDPS ne le connait plus

L'UDPS a qualifié de son côté la nomination du cinquantenaire de "non événement". Le parti d'Etienne Tshisekedi affirme avoir exclu Samy Badibanga de ses instances en 2012 pour infraction au mot d'ordre interdisant aux élus UDPS de siéger à l'Assemblée. "C'est un non-événement parce que monsieur Samy Badibanga n'est plus dans l'UDPS depuis longtemps !" explique Michel Kabwe, cadre de l'Union pour la démocratie et le progrès social à Lubumbashi. "Même nos amis a niveau du Parlement l'ont désavoué ! Ils ont dit que ce qu'il avait été faire au monologue n'engageait que lui. Il est exclu depuis très longtemps (...) il a même été destitué comme conseiller spécial du président Tshisekedi. Monsieur Badibanga est en train de fuir le vrai dialogue parce qu'il sait qu'il doit respecter la Constitution. Le 19 décembre est la fin du pouvoir de monsieur Kabila !"

Cette nomination arrive au moment ou les évêques catholiques congolais poursuivent des consultations pour trouver un compromis avec la partie de l'opposition qui a boycotté le dernier dialogue politique. Celle-ci exige un nouveau dialogue plus inclusif et le respect de la Constitution. 

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !