1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Salva Kiir n'a pas signé

A quelques heures de l'expiration d'un ultimatum fixé par la communauté internationale, les belligérants impliqués dans la crise ont signé un document au terme de plusieurs heures de discussions.

Écouter l'audio 01:56

"Il y a plus de deux millions de déplacés dans ce pays...." Ariane Quentier

Les dirigeants éthiopiens Halemariam Desalegn, kényan Uhuru Kenyatta, ougandais Yoweri Museveni et soudanais Omar el-Béchir avaient rejoint lundi la salle des pourparlers. Mais c’est le secrétaire-général du parti au pouvoir au Soudan du Sud, Pagan Amum, et l'ancien vice-président Riek Machar, chef des rebelles, qui ont signé le document, en présence du président Salva Kiir. Le dirigeant sud-soudanais a en effet émis des réserves et demandé un délai de 15 jours supplémentaires, selon la médiation. Il devrait revenir à Addis Abeba pour parachever l'accord de paix après de nouvelles consultations.

Les milliers de déplacés sud soudanais vivent dans des conditions difficiles dans les camps de réfugiés

Les milliers de déplacés sud soudanais vivent dans des conditions difficiles dans les camps de réfugiés

Depuis le début du conflit fin 2013, sept accords similaires ont déjà été signés, sans être respectés. En attendant, les violences à forte connotation ethnique, ont fait des dizaines de milliers de morts. Selon l'ONU, le conflit a également obligé un grand nombre de personnes à fuir leurs foyers.

Cliquez sur l'images pour écouter les précisions d'Arianne Quentier, porte parole de la mission de l’ONU au Soudan du Sud.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !