1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Saint-Pétersbourg: "les deux autocrates n'ont pas forgé de nouvelle alliance"

Après neuf mois de gel diplomatique entre Moscou et Ankara, le dégel a été annoncé hier à Saint Petersbourg par les présidents russe et turc, à grand renfort de communication.

Pour la Berliner Zeitung, "la visite officielle du président turc Recep Tayyip Erdoğan chez son homologue russe Vladimir Poutine ne doit pas seulement amorcer la fin du gel diplomatique, qui a suivi la destruction en novembre dernier d‘un avion de combat russe par la chasse turque à la frontière turco-syrienne. Non, le premier voyage à l'étranger d'Erdoğan depuis le putsch manqué du 15 juillet est aussi le signe de la profonde désaffection de la Turquie vis-à-vis de l'occident et un gros signal d'alarme pour l'Union européenne", souligne le quotidien berlinois.

Tunesien Türkische Fregatte Yildirim NATO SNMG2

La Turquie, membre de l'Alliance Atlantique, est un partenaire militaire important pour les pays occidentaux de l'OTAN. Ici la frégate turque Yildirim au large des côtes tunisiennes

"Au sein de l'OTAN et de l'Union européenne, certains s'inquiètent de ce rapprochement, craignant des conséquences négatives pour l'Occident", constate la FAZ, la Frankfurter Allgemeine Zeitung. "Mais on ne doit pas se faire peur soi-même. D'abord, il faut se souvenir que l'OTAN elle-même a été très alarmée par la destruction de l'avion russe à l'automne dernier; une escalade militaire, qui paraissait alors possible entre Moscou et Ankara, devait à tout prix être évitée. Que ces nuages sombres se soient dissipés est un motif de soulagement", estime la FAZ.

"La rencontre de Saint- Petersburg ne changera pas de manière durable la constellation des astres", estime pour sa part la Süddeutsche Zeitung, "parce qu'ici les deux soleils qui se rapprochent l'un de l'autre font partie de deux systèmes différents, séparés. Une nouvelle alliance de ces deux autocrates n'a pas été forgée", assure le quotidien de Munich.

Autre thème: le dixième anniversaire de la loi anti-discrimination en Allemagne…

Le quotidien Handelsblatt constate que "dix années après l'entrée en vigueur de la législation anti-discriminatoire, la discrimination existe toujours. Par exemple pour le réfugié qui, après de récents attentats islamistes, se voit soudain refuser le stage qui lui avait été promis, ou bien pour l'employée qui doit supporter les remarques désobligeantes ou sexistes de son chef. Par crainte de perdre son emploi, la victime n'ose souvent pas porter plainte", souligne l'éditorialiste.

"La loi sur l'égalité impose aux employeurs de promouvoir entre autres l'égalité entre les hommes et les femmes", rappelle le Tagesspiegel. "Pourtant, il faut constater qu'en ce qui concerne la promotion des femmes, bien peu de choses peuvent être atteintes par la seule existence de la législation, si aucune pression n'est exercée sur les employeurs".

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !