S′affranchir de l′empreinte scolaire | Europe | DW | 20.02.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

S'affranchir de l'empreinte scolaire

En Allemagne, moins de 5% des artistes vivent de leur art. Les tribunes et les coups de projecteurs se font rares pour les jeunes étudiants en arts plastiques. Un concours national veut y remédier.

19.Bundeswettbewerb 2009 Kunstudentinnen und Kunststudenten stellen aus Gwünscht von: Elisabeth Cadot

Les installations sont en vogue chez les jeunes artistes.

Bilder von Pawel Podolak

Discussion autour de l'oeuvre du jeune artiste Pawel Podolak

Donner un coup de pouce à de jeunes artistes, c’est l’objectif du concours intitulé « Etudiants et étudiantes en art exposent » qui se déroule à Bonn sous la houlette du Ministère fédéral de l´Education et de la Recherche. Des étudiants des quelques 24 universités d´art plastique allemande ont eu l’occasion de proposer leurs œuvres à la sélection. Les lauréats ont la chance d’exposer au grand Musée d’Art de la ville.

Daniela Prepeliuc est allé découvrir pour nous les nouvelles tendances de l’art de demain...

Egalement dans cette émission : Les musiciens amateurs

Pressefoto des Kölner Jugendchors***Bildzulieferer: Elisabeth Cadot

Le Jungendchor Sankt Stephan est très demandé en Allemagne

La pratique musicale amateur en Allemagne jouit d’une longue tradition et fait preuve encore de nos jours d’une grande vivacité. L’éducation musicale des jeunes enfants, la présence de la musique à l’école, les nombreuses associations musicales, les chorales et orchestres paroissiaux encouragent les jeunes allemands à faire de la musique. « Der Jungendchor Sankt Stephan » de Cologne avec sa centaine de jeunes choristes entre 16 et 29 ans est une des 26 000 chorales paroissiales existant en Allemagne. De niveau semi professionnel, elle fête cette année son 25 me anniversaire, jouit d’un grand succès auprès des jeunes et est très présente sur la scène musicale colonaise.

Un reportage d’ Elisabeth Fetizon.

Présentation : Marco Wolter

Liens