1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Sérieux revers pour la CDU d'Angela Merkel lors de trois élections régionales

Les élections dans les Etats régionaux de Rhénanie-Palatinat,du Bade-Wurtemberg et de Saxe-Anhalt ont quelque peu chamboulé le paysage politique allemand et confirmé la percée de l'AfD, parti de droite anti-immigration.

Deutschland PK Angela Merkel

La chancelière Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin ce lundi

Les quotidiens allemands commenent largement les pertes essuyées par la CDU, le parti conservateur chrétien démocrate de la chancelière.

A propos du vote en Saxe -Anhalt, dans l'est de la République Fédérale, le Münchner Merkur relève que "les électeurs en colère ont transformé le paysage politique allemand que nous connaissions jusqu'ici en un champ de ruines: le renforcement des extrêmes à gauche avec le parti Die Linke comme à droite avec l'AfD, fait réapparaître le spectre de la République de Weimar. Cette période de trouble en Allemagne, de 1919 à 1933, avait précédé et facilité l'arrivée au pouvoir de la dictature nazie. Et dans le sud, dans le Bade Wurtemberg on assiste a l'effondrement du vieux parti social-démocrate SPD.

Deutschland Sigmar Gabriel PK Landtagswahlen

Sigmar Gabriel, vice-chancelier et chef du SPD, le parti social-démocrate admet que son parti aurait du mieux faire

Quant à la CDU, l'Union chrétienne -démocrate, solide pilier de la politique de l'après guerre, elle est en train de se désagréger, conclut le quotidien de Munich."

"Les pourcentages élevés de vote pour l'AfD, parti avec lequel aucun démocrate ne peut et ne veut gouverner, ont sensiblement bouleversé l'équilibre des forces, relève pour sa part la Frankfurter Rundschau. Cela montre d'une part qu'il existe au sein de la société allemande, un gros potentiel de mécontentement et de colère qui se transforme parfois en xénophobie. Et d'autre part : qu'aucun démocrate au sein des partis politiques établis n'a jusqu'ici trouvé de réponse appropriée à cette désaffection d'une frange non négligeable de l'électorat vis-à-vis du système politique qui caractérisait l'Allemagne jusqu'à ce jour ! "

Deutschland Landtagswahl AfD Frauke Petry

Frauke Petry, la dirigeante du parti AfD savoure son triomphe

"Après ce dimanche électoral, il est évident que le slogan de la Chancelière à propos de la crise des migrants et réfugiés : 'Wir schaffen das!' (Nous y arriverons!) est périmé! estime la Mittelbayrische Zeitung. Si Angela Merkel a un plan, alors elle doit encore mieux l'expliquer que jusqu'ici !"

Deutschland Landtagswahl Baden-Württemberg Winfried Kretschmann

Dans le Land de Bade-Wurtemberg, le ministre- président sortant, Winfried Kretschmann, du parti des Verts se réjouit. Son parti est arrive en tête avec plus de 30% des voix.

Enfin le quotidien Main -Post relève que cette fois, on ne peut pas reprocher aux électeurs de s'être abstenu. Lors de ces trois élections régionales le taux de participation a été bien plus élevé que d'habitude. Contrairement à ce que l'on déplore souvent, les citoyens ne sont donc pas du tout lassés de la politique. Simplement, on ne plus vraiment présumer de leur vote. Et c'est bon pour une démocratie", conclut le quotidien de Würzburg.

Autre thème : le conflit syrien

die tageszeitung, la taz évoque la recherche d'une issue au conflit syrien et le rôle contesté du président Bachar al Assad lors des négociations de paix.

Syrien Präsident Bashar al-Assad

Le président syrien Bachar al Assad ne songe pas à quitter le pouvoir.

"Alors qu'un nouveau cycle de pourparlers de paix pour la Syrie a débuté ce lundi Genève, les Etats-Unis et la Russie, de même que le médiateur des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura se sont efforcés jusqu'ici de mettre entre parenthèses le rôle futur de Bachar al Assad afin de ne pas compliquer le processus des négociations. Ils espèrent ainsi trouver un accord entre les parties en conflit pour mettre en place un gouvernement de transition.

Schweiz Syrien-Friedensgespräche in Genf

Le médiateur des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura a affirmé que "la mère de toutes les questions" était de trouver un accord sur une transition politique

Mais si la délégation gouvernementale syrienne à Genève devait exiger que Bachar al Assad fasse partie du gouvernement de transition à mettre en place, alors les négociations pourraient bien échouer, estime le quotidien de Berlin. Car, malgré leurs très nombreux désaccords et controverses, tous les groupes de l'opposition syrienne, islamistes ou laïques, armés ou non, sont unanimes sur un point : à savoir que Bachar al Assad doit se retirer du pouvoir, au plus tard avec l'arrivée d'un gouvernement de transition! "

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !