1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Sénégal : la CREI remise en cause

Le procureur a requis contre Karim Wade, 7 années de prison, 250 milliards de FCFA d'amende soit un peu plus de 380 millions d'euros, la privation de ses droits civiques ainsi que la confiscation de tous ses biens.

Écouter l'audio 02:29

"La CREI remise en cause"

Les réquisitoires de l'accusation ont pris fin et c'est au tour de la défense de faire ses plaidoiries avant que la décision de la Cour spéciale ne soit mise en délibéré. Et c’est justement cette Cour spéciale devant laquelle est jugé le fils de l’ancien président pour enrichissement illicite qui divise.

Faut-il le rappeler, en détention préventive depuis avril 2013, Karim Wade est accusé d'avoir détourné des fonds publics et d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers - du temps où il était conseiller puis ministre de son père. Après plus de six mois d'audiences tumultueuses, la Cour de répression de l'enrichissement illicite, chargée de le juger est à nouveau remise en cause. Ecoutez l'analyse du juriste nigérien, Moussa Coulibaly en cliquant sur l’image.

La CREI ne fait pas l'unanimité

Wahlen Senegal 2012

D’aucuns accusent le président Macky Sall d’utiliser la Cour spéciale pour régler des comptes personnels.

Juridiction spéciale, en sommeil depuis sa création il y a trente ans, la Cour de répression de l'enrichissement illicite, la CREI a été réactivée par le président Macky Sall pour demander des comptes à certains poids lourds du régime Wade quant à l'origine de leur patrimoine. Mais ce n’est pas le point de vue de Jibril Badiane, président de l’Organisation nationale des droits de l’homme du Sénégal (audio).

D’aucuns accusent le président Macky Sall d’utiliser la Cour spéciale pour régler des comptes personnels. Il y a quelques années déjà, Macky Sall, alors président de l'Assemblée nationale, avait préféré quitter son poste et rompre avec l’ancien président Abdoulaye Wade plutôt que de renoncer à demander des comptes à son fils Karim au sujet de sa gestion jugée dispendieuse de l’organisation d’un sommet international à Dakar.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !