1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Rwanda : des acquittés sans résidence

Ils ont été acquittés pour les atrocités commises à l’époque du génocide, mais ils ne savent pas où aller. Le TPIR, pour lequel ces personnes sont une charge, veut pourtant leur trouver des pays d’accueil.

The Judges of the International Tribunal for Rwanda pose after a ceremony to mark the solemn declaration and swearing in for new tribunal, in The Hague, Tuesday, June 27. 1995. Front row, from left: Prosecutor Richard Goldstone, Senegal Laity Kama, Australian Ninian Stephen, dep.prosecutor, Madagascarian Hanove Rakotomanana. Middle row, from left: South African Ms Navanethem Pillay, Bangladesh i Tafazzal Hossain Khan, Tanzanian William H. Sekule, Canadian Jules Deschenes. Back row from left: Chines Haopei Li, Russian Yacov A. Ostrovsky, Italian Antonio Cassese, Egyptian Georges Abi-Saab, Sweden Lennart Aspegren. (AP/PHOTO Boyan Stone)

Des juges du TPIR

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda, le TPIR, est à la recherche de pays qui accepteraient d'accueillir des ressortissants rwandais. Accusées de génocide, puis acquittées, ces personnes vivent à présent dans la ville tanzanienne d'Arusha, où elles sont gardées par la police, en attendant que le TPIR leur trouvent des pays d'accueil. Ces Rwandais ne veulent pas rentrer dans leur pays, parce qu'ils pensent que leur vie y serait en danger. Ils sont dans une impasse, car le Tribunal a du mal à leur trouver un territoire d'accueil. Ecoutez ci-dessous l'interview de Roland Amoussouga, porte-parole du TPIR, au micro d'Eric Segueda.

Edition : Fréjus Quenum

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !