Risque d′escalade entre l′Ethiopie et l′Erythrée | Afrique | DW | 16.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Risque d'escalade entre l'Ethiopie et l'Erythrée

La crise du voisinage se poursuit dans la corne de l'Afrique entre les deux pays. L'Ethiopie a attaqué hier son voisin. Il s'agirait d'une opération isolée pour détruire un camp d'entraînement d'un groupe rebelle.

ARCHIV - Ein Mann vom Stamme der Afar ist mit einem Gewehr bewaffnet und beobachtet die Wüste um den Ort Hadar im Afar-Dreieck aus Sorge vor Übergriffen durch einen verfeindeten Clan (Archivoto vom 19.11.2005). Bei einem brutalen Überfall auf eine Reisegruppe in Äthiopien sind offenbar fünf Touristen getötet worden, darunter zwei Deutsche. Nach ersten Berichten geschah der Überfall auf die Reisegruppe in der Danakil-Wüste. Die Region ist einer der tiefsten Orte der Erde und wird vom Nomadenvolk der Afar bewohnt. Foto: Thomas Schulze dpa +++(c) dpa - Bildfunk+++

Un soldat de la tribu des Afar en poste à la frontière entre l'Ethiopie et l'Erythrée

C'est effectivement la première attaque des troupes éthiopiennes en territoire érythréen depuis la fin de la guerre de 1998-2000 qui a fait 70.000 morts. Il s'agissait principalement selon Addis-Abeba, du démantèlement d'un camp d'entrainement terroristes. Mais aussi une réponse á l'attaque conduite par le groupe séparatiste éthiopien, le Front révolutionnaire démocratique uni de l'Afar, une attaque qui serait responsable de la mort de cinq touristes occidentaux et du rapt de deux autres, le 17 janvier dernier.

Asmar dénie toute responsabilité

Asmara a clamé a plusieurs reprises son innocence dans cette action. Mais le régime éthiopien reste convaincu du contraire. "Ces postes militaires étaient utilisés par des forces anti-éthiopiennes qui ont lancé plusieurs attaques à l'intérieur du territoire éthiopien. Des attaques similaires à celle qui a été menée récemment contre les touristes européens", a déclaré Shimeles Kemal, le porte-parole du gouvernement éthiopien.

Déclaration de guerre?

Washington et Paris ont d'ailleurs appelé jeudi soir les deux pays à la "retenue" afin d'éviter "toute escalade".

L'Ethiopie  refuse pour l'heure d'employer l'expression guerre. Toutefois Adis Abeba reste sur ses gardes et dément les affirmations de son voisin . le ministre  de l'Information érythréen, Ali Abdu, a qualifié ce matin de "mensonges ignobles " les accusations d'Addis Abeba selon lesquelles la base était un camp "terroriste".

Auteur : Isaac Dosso

Edition : Jean-Michel Bos

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !