1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Retour de l'affaire Chebeya devant la justice

Quatre ans après l'assassinat du président de l'ONG "La Voix des Sans Voix", la Haute Cour de Kinshasa doit se prononcer sur une "requête en inconstitutionnalité" introduite en mai 2013 par les parties civiles.

Fondateur de l'ONG La voix des sans voix, Floribert Chebeya, avait été retrouvé mort dans sa voiture en périphérie de Kinshasa le 2 juin 2010

Fondateur de l'ONG La voix des sans voix, Floribert Chebeya, avait été retrouvé mort dans sa voiture en périphérie de Kinshasa le 2 juin 2010

Le 23 juin 2011, la Haute Cour militaire de la Gombe à Kinshasa a condamné à la peine de mort et à la peine capitale cinq hauts gradés de la police congolaise soupçonnés d'être les auteurs du double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana. Dans le lot de ces condamnés, il y a le colonel Daniel Mukalay, le sous-commissaire Jacques Mugabo et le major Paul Mwilambwe.

Ce dernier a fui son pays et réside en ce moment à Dakar. Une information judiciaire vient justement d'être ouverte contre lui au Sénégal. Les avocats de la défense qui ont interjeté appel de cette décision, ont donc saisi la Cour suprême de justice pour vice de forme. Selon eux, la Haute Cour militaire n'a pas respecté le délai de notification de la condamnation aux trois co-accusés ce qui risquerait de biaiser la suite de la procédure en appel.

« Il s'est avéré que la Haute Cour militaire n'avait pas notifié les personnes fugitives par affichage au journal officiel dans le délai de trois mois », explique Maître Muckendi Waa Mulumba est membre du collectif des avocats de la Voix des Sans Voix. « De peur que le procès ne puisse évoluer avec un vice de procédure qui risquerait de faire annuler la décision, nous avons introduit la requête devant la Cour suprême de justice. »

Deux hypothèses à venir

Une fois que la Cour suprême de justice de Kinshasa aura rendu son arrêt, deux hypothèses se dessinent. Si la Cour suprême décide de suivre la défense dans "l'exception d'inconstitutionnalité", la Haute cour militaire devra notifier la condamnation, notamment aux fugitifs, en respectant le délai de trois mois requis par la loi. En revanche, si cette requête est déclarée irrecevable, le procès en appel pourra être programmé, selon Maître Muckendi Waa Mulumba.

Quelle que soit l'issue de la requête, les familles des victimes souhaitent à nouveau la comparution du général John Numbi, présenté comme l'instigateur de ce double assassinat. L'intéressé a déjà été acquitté par la justice.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !