Retour dans les ténèbres | Vu d′Allemagne | DW | 21.12.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Retour dans les ténèbres

Les journaux reviennent sur les arrestations des manifestants qui ont protesté dimanche soir contre la réélection du président bélarusse Alexandre Loukachenko. Le "dernier dictateur européen" est vivement critiqué.

default

Manifestation à Minsk, dimanche 19 décembre

Un aveuglement aux conséquences sanglantes, titre die tageszeitung, au dessous de photos de sept visages : sept personnes disparues depuis dimanche. Avec ce commentaire du journal : le bâton d'Alexandre Loukachenko frappe non seulement des opposants politiques, mais aussi des journalistes et des militants des droits de l'homme. Les fraudes massives étaient certes au programme, note le quotidien, mais la répression brutale qui a suivi en étonne plus d'un. Elle met fin à une courte période de libéralisation, puisque durant la campagne, les principaux opposants au pouvoir ont eu l'occasion de s'exprimer dans les médias officiels. La réaction brutale du pouvoir aux manifestations de dimanche étouffe tout espoir d'ouverture. Die tageszeitung appelle l'Union européenne à avoir une stratégie cohérente. L'attentisme et l'ignorance n'ont aucun effet, les sanctions pénalisent la population. Il faut encourager la société civile, faciliter l'attribution de visas aux Bélarusses serait déjà un signal fort !

DOSSIER VOLLBILD Wahl Wahlen Weißrussland Belarus

Alexandre Loukachenko a obtenu près de 80% des suffrages au premier tour de scrutin

La Süddeutsche Zeitung rappelle cet adage bien célèbre de Machiavel : « diviser pour mieux régner ». Il fallait qu'Alexandre Loukachenko réprime les manifestations de dimanche, car il pouvait s'y trouver le germe d'une révolution. Pour le journal, le retour du régime bélarusse dans les ténèbres après une courte période d'ouverture n'est pas une surprise. En cause : le réchauffement des relations avec le voisin russe notamment dans les domaines du pétrole et du gaz. Eternellement écartelé entre l'Union européenne et la Russie, Minsk a choisi de se tourner vers son grand frère. D'ailleurs, le président russe Dmitri Medvedev a déclaré hier que le scrutin était une affaire intérieure au Bélarus. La Süddeutsche Zeitung conclut : tôt ou tard, Alexandre Loukachenko devra se tourner à nouveau vers l'Union européenne s'il veut placer son pays dans le top 50 des puissances économiques. L'Europe a donc raison de continuer à poser des conditions politiques à toute aide financière ou aux attributions de visas.

Ausschreitungen nach Wahl in Minsk Belarus Weißrussland

La police a violemment réprimé la manifestation

Die Welt élabore une réflexion sur ces dictateurs modernes qui annoncent un score proche de 100% et ce, bien avant que toutes les voix soient décomptées. Le problème de ce genre de résultats est qu'ils ne sont jamais crédibles. Car pas même un Konrad Adenauer ou un John Kennedy, deux démocrates populaires, n'ont eu une majorité aussi large. Voici la règle d'or des dictatures aujourd'hui : faire croire que les élections sont autorisées pour donner l'impression d'être aimé du peuple, mais refuser en réalité que le scrutin change quoi que ce soit.


Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Fréjus Quenum

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !