1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Restaurer la confiance des donneurs d'organes

Lundi s'est ouvert le procès d’un chirurgien allemand accusé d’avoir manipulé les données de ses patients pour obtenir une transplantation d’organe. Le scandale avait fait chuter le nombre des donneurs potentiels.

Tentative de meurtre dans onze cas, blessure ayant entrainé la mort dans trois cas : pour les Westfälische Nachrichten, les chefs d'accusation retenus contre le chirurgien montrent bien l'importance du procès. Celui-ci risque de durer longtemps et vu la portée de cette affaire, c'est bien compréhensible.

Mais c'est aussi regrettable étant donné l'inquiétude actuelle en ce qui concerne les questions de don d'organes. Car il ne faudrait pas que la perte de confiance qui a suivi ce scandale soit définitive.

Le chirurgien accusé travaillait au centre de transplantations de la clinique universitaire de Göttingen

Le chirurgien accusé travaillait au centre de transplantations de la clinique universitaire de Göttingen

À l'ouverture du procès, le ministre de la Santé, Daniel Bahr, a déclaré que la manipulation des listes d'attente pour une transplantation était maintenant impossible, rapporte la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Mais le ministre ne devrait pas faire de trop grandes promesses, écrit le quotidien. Car tant que ce système défaillant ne sera pas réformé en profondeur, peu de choses vont changer. Les médecins ne jurent que par le principe d'autocontrôle. Et le fait qu'ils n'osent pas faire un grand pas en avant et accepter une instance fédérale de contrôle entretient la méfiance.

Pour la Frankfurter Neue Presse, bien que les lois aient été changées et que les contrôles aient été renforcés, l'attrait de telles manipulations reste bien réel dans un système de santé toujours sous la pression de la concurrence.

Un chirurgien qui effectue beaucoup de transplantations gagne en prestige et, pour les cliniques, ces opérations sont très lucratives. Un contrôle par l'État aurait plus de chance de restaurer la confiance des citoyens que la commission mise en place par le Conseil fédéral de l'ordre des médecins.

Avec une carte de donneurs d'organe, on indique qu'on est prêt à faire don de ses organes après son décès

Avec une carte de donneurs, on indique qu'on est prêt à faire don de ses organes après son décès

Le principe récemment fixé par le Conseil fédéral de l'ordre des médecins, selon lequel il faut trois médecins différents pour établir le besoin d'une transplantation chez un patient, ne suffit pas, estime la Nordwest-Zeitung. Pas plus que la pénalisation de la manipulation des données pour l'attribution des organes.

Aux yeux de nombreux médecins, ce nouveau filet de sécurité est peut-être suffisant. Mais pas du point de vue des malades et des donneurs potentiels, qui méritent des garanties absolues contre toute fraude.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !