Reprise des pourparlers directs au Proche-Orient | International | DW | 01.09.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Reprise des pourparlers directs au Proche-Orient

Les premiers pourparlers entre Israéliens et Palestiniens débutent demain à Washington. Les pommes de discordes sont nombreuses et le scepticisme quant à la possibilité de trouver un accord est de mise.

default

Les parties devront faire face à de multiples obstacles

Malgré un certain optimisme affiché par les deux parties principales et un appel des deux côtés à ce que l’attentat en Cisjordanie hier soir ne perturbe pas les négociations, il est difficile d’être confiant. Les sujets qui pourraient faire capoter ces négociations directes sont bien trop nombreux.

Il y a tout d’abord la question de la poursuite de la colonisation en Cisjordanie par des colons juifs. Le gel décidé n’a finalement que très partiellement été respecté. Et le moratoire doit s'achever le 26 septembre prochain.

Pflanzarbeiten an der Grenze zu einer Siedlung

La construction de nouvelles colonies en Cisjordanie attise les haines

Les Palestiniens ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils se retireraient des pourparlers si les Israéliens ne prolongeaient pas ce gel. Netanyahou ne s’est pas encore exprimé à ce sujet. Par ailleurs, il a exposé les 3 points essentiels à ses yeux, avant de partir pour les Etats-Unis.

Tout d'abord, il a affirmé qu’il était primordial que les Palestiniens reconnaissent l’Etat d’Israël comme « Etat du peuple juif ».Une telle reconnaissance mettrait un terme à une revendication clé des palestiniens : L’application de la résolution 194 de l’Assemblée générale de l’ONU sur le « droit de retour » des palestiniens qui ont fui leur terre en 1948. Rappelons qu'il y a aujourd’hui quatre millions de réfugiés palestiniens.

Et Israël refuse catégoriquement l’application de ce « droit au retour » estimant qu’un retour massif mettrait en péril le caractère juif de l’Etat.

Et enfin le troisième point évoqué par Netanyahou concerne la sécurité d’Israël après un retrait éventuel des troupes de Cisjordanie.

Une lueur d'espoir

Et pourtant même si a a l’air assez mal parti, il ya malgré tout quelques raisons d’espérer au moins des progrès partiels.

Israel Jerusalem Ruine

Les Palestiniens revendiquent Jérusalem Est comme capitale

Les Palestiniens revendiquent que Jérusalem Est devienne la capitale de la Palestine, une revendication toujours refusée par Israël. Mais le ministre de la défense israélien Ehud Barak s’est dit aujourd'hui prêt à revoir ce point.

Ensuite les Etats-Unis risquent d’exercer une certaine pression sur les deux parties redoutant que les islamistes n’étendent leur influence et que l’Iran augmente encore son pouvoir dans la région en s’appuyant sur les chiites irakiens.

Enfin, Mahmoud Abbas sait que ces négociations sont le seul moyen de montrer aux Palestiniens que la diplomatie marche mieux que la violence.

Les négociations ne débutent donc pas sous les meilleurs auspices, c’est le moins qu’on puisse dire, mais peut être que certains progrès pourront néanmoins être réalisés.

Auteur : Sylvie Ernoult
Edition: Cécile Leclerc

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !