1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Rencontre entre poids lourds

Une moisson de contrats, entre la Chine et l'Allemagne, devraient être signés, a annoncé la chancelière allemande Angela Merkel. Mais le thème des droits de l'homme n'a pas non plus été oublié.

Bundeskanzlerin Angela Merkel (CDU) und der chinesische Ministerpräsident Wen Jiabao schreiten am Dienstag (28.06.2011) vor dem Kanzleramt in Berlin die Ehrenformation der Bundeswehr ab. Die Politiker nehmen an den ersten deutsch-chinesischen Regierungskonsultationen und an der 6. Tagung des Deutsch-Chinesischen Forums für wirtschaftliche und technologische Zusammenarbeit teil. Foto: Hannibal dpa/lbn +++(c) dpa - Bildfunk+++

La chancelière Angela Merkel accueille devant la chancellerie à Berlin le premier chinois Wen Jiabao

Les droits de l'homme, c'est évidemment le thème qui fâche. Berlin pourtant n'a pas hésité à l'aborder, lors de cette visite du Premier ministre chinois Wen Jiabao à Berlin. Mais le ministre des affaires étrangères allemand Guido Westerwelle a souligné le climat dans lequel ces remarques ont été faites:

"Nous avons échangé hier soir dans une atmosphère très amicale, naturellement aussi sur les questions à propos desquelles nous avons des opinions divergentes, et parmi celles-ci figure sans aucun doute la conception de la liberté dans nos deux pays. Elle est effectivement encore différente. Mais c'est aussi pour cela que nous avons des consultations, pour échanger, dans l'espoir d'un changement possible..."

De son côté le premier ministre Wen Jiabao a mis en garde, comme la vieille à Londres, en insistant sur le "respect de la souveraineté de la Chine, de son intégrité territoriale et des choix du peuple chinois". Rappelons tout de même que la Chine a cru bon de faire un geste à la veille de la tournée européenne de Wen Jiabao en relachant - mais en liberté surveillée seulement - l'artiste dissident chinois Ai Weiwei.

Bonnes affaires

Activist artist Ai Weiwei gestures while speaking to journalists gathered outside his home in Beijing, China, Thursday, June 23, 2011. Ai, the most high-profile target of a sweeping crackdown on activists in China, has returned home late Wednesday after nearly three months in detention. The official Xinhua News Agency said Ai confessed to tax evasion, accusations his family had long denied and which activists had denounced as a false premise for detaining him. (Foto:Ng Han Guan/AP/dapd)

L'artiste Weiwei libéré après trois mois de détention. Mais il n'a pas le droit de s'exprimer.

Du côté des affaires, l'humeur est au beau fixe. Le volume des échanges entre l'Allemagne et la Chine a atteint 130 milliards d'euros l'an dernier. Il devrait pointer à 200 milliards à l'horizon 2015. Les firmes allemandes championnes à l'exportation, font de gros efforts pour s'attaquer à l'énorme mais difficile marché chinois. Des contrats de plusieurs milliards d'euros - dans l'aéronautique, l'automobile et la chimie - devraient être signés. Mais l'inverse est vrai aussi: la Chine investit en Allemagne. "Vous êtes les bienvenus" a déclaré la chancelière Angela Merkel. Avec une petite sourdine, tout de même, concernant la protection de la proprieté intellectuelle par exemple...

Auteur: Elisabeth Cadot
Edition: Jean-Michel Bos

La rédaction vous recommande