1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Relance du débat sur les cellules souches au Bundestag

Selon loi, seules les cellules souches embryonnaires obtenues en dehors du territoire allemand avant le 1er janvier 2002 peuvent être importées et utilisées. Cette limite pourrait être fixée à une date ultérieure.

default


Alzheimer, Parkinson, diabète, leucémie… les cellules souches, de l'avis général, représentent certes un formidable espoir face à des maladies jusqu'à présent incurables, mais la polémique n'en reste pas moins animée: les uns n'y voient que la possibilité de trouver des remèdes, les autres également un homicide. Où est la priorité?
Annette Schavan, la ministre de la recherche :
« C'est une comparaison difficile, car en réalité il n'y a pas d'alternative entre une éthique qui veut protéger et conserver la vie et une qui veut guérir- ce sont les deux revers de la même médaille. Nous devons peser le pour et le contre. »
Selon Oliver Brüstle, directeur de l'institut de neurobiologie à l'université de Bonn, il était temps de relancer le débat :
« Une révision de la loi est nécessaire ! En ce moment nous travaillons avec de vieilles lignées de cellules, qui sont souvent endommagées. Pour travailler de manière efficace- aussi face à la concurrence internationale - un assouplissement de la loi est indispensable ! »
De nouvelles avancées sur les cellules souches, publiées par des équipes de recherche américaines et japonaises viennent d'alimenter le débat sur la libéralisation de la loi en Allemagne. A partir de cellules adultes de peau humaine, les chercheurs ont obtenu des cellules souches possédant des caractéristiques semblables à celle des cellules souches embryonnaires. Mais pour continuer ces recherches le travaille sur les cellules souches embryonnaires est essentiel.
« Il ne s'agit pas de créer des embryons à des fins de recherche. Il est question de travailler avec des lignées de cellules qui existent déjà et qui pourraient servir à continuer les recherches sur les cellules souches. Ces lignées ont été crées à partir d'ovules fécondées mais devenues inutiles pour une grossesse artificielle et qui d'habitude sont jetées dans les cliniques. En tant que médecin je me pose la question si on peut justifier la perte de ce matériel précieux qui pourrait servir à développer des médicaments. »
Selon Oliver Brüstle, il n'est question ni d'homicide ni de meurtre.