1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

RDC: dix nouvelles fosses communes découvertes dans le Kasaï-central

Selon les enquêteurs de l’ONU, ces fosses communes ont un lien avec les violences qui secouent depuis septembre la province du Kasaï. Les défenseurs des droits de l’Homme congolais exigent une enquête internationale.

Écouter l'audio 04:06

"En RDC, la justice est indépendante. Il faut attendre que les magistrats déposent leurs conclusions " (Lambert Mendé Omalanga)

C'est depuis septembre 2016 que la province du Kasaï est secouée par une insurrection consécutive à l’assassinat d’un chef coutumier, Kamwina Nsapu. Depuis, les Forces armées congolaises sont accusées d’user de manière disproportionnée de la force pour traquer les miliciens restés fidèles à ce chef. Une traque qui a fait plusieurs centaines de morts. Le gouvernement congolais ne nie pas l’existence de ces fosses communes. Mais son porte-parole, Lambert Mendé Omalanga espère que l’enquête diligentée permettra de rétablir la vérité.

Zeid Ra'ad Al Hussein, le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme avait fait état de la découverte de trois charniers au Kasaï le 8 mars 2017

Zeid Ra'ad Al Hussein, le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme avait fait état de la découverte de trois charniers au Kasaï le 8 mars 2017

"Cela fait plus d’une semaine qu’on a porté à notre connaissance cette information. Et nous avions dit qu’il y avait une mission des magistrats qui était dans le Kasaï et est en train de travailler là-dessus. Nous n’avons rien de nouveau à dire. En attendant que les magistrats puissent conclure leur procédure. Parce qu’il s’agit bien là d’une procédure  de justice. Et la justice chez nous est indépendante. Il faut attendre que les magistrats posent leurs conclusions et cela sera connu du public".

 

Une découverte qui ne surprend pas

  En février dernier, une vidéo mettant en cause un peloton militaire dans un massacre présumé perpétrer au Kasaï-Oriental, a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. Sept soldats auraient été appréhendés par la justice militaire dans le cadre de cette affaire, qui continue de susciter l’indignation de la communauté internationale.

Des soldats congolais lors de la traque du chef rebelle Bosco Ntaganda en 2012

Des soldats congolais lors de la traque du chef rebelle Bosco Ntaganda en 2012

Selon Jackson Bwahasa, chercheur au Centre d’Études juridiques appliquées basé dans le Kasaï, plusieurs autres fosses communes ont déjà découvertes dans d'autres parties du territoire national:

"Même à Kinshasa ou à Maluku, on a encore retrouvé des fosses communes. Mais jusqu’à présent, les enquêtes n’ont jamais abouti et cette fois encore, c'est dans le Kasaï. Notre gouvernement, s’il est reconnu coupable de ça, il faut quand même qu'il y ait une justice équitable pour que cela ne se reproduise plus. Parce qu’il est anormal de voir les gens se battre avec des mitrailleurs alors que les miliciens n’ont que des couteaux ou des lance-pierres".

 

Pour écouter la version audio de cet élément, cliquez sur l'image principale ci-dessus.

 

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !