RDC: calme relatif à Kinshasa | Afrique | DW | 20.12.2016
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

RDC: calme relatif à Kinshasa

Lundi soir, 19 décembre à Kinshasa des jeunes sont sortis dans la rue pour siffler la fin du mandat constitutionnel du président Joseph Kabila. La situation dans l’ensemble est restée calme - un calme précaire?

Écouter l'audio 01:31
Now live
01:31 min

Kinshasa au ralenti le 19 décembre

Dans la nuit, Joseph Kabila a investi le gouvernement du Premier ministre Samy Badibanga, composé de 60 membres, essentiellement des membres signataires de l'accord du 18 octobre, une décision justifiée par le fait que le pays doit tourner en attendant de trouver une issue favorable au dialogue politique "de la dernière chance", mené sous l'égide de l'Église catholique et suspendu jusqu'à demain.

Échauffourées dans la nuit

Écouter l'audio 01:37
Now live
01:37 min

Des centaines d'habitants d'Oicha sont sortis simultanément dans la rue

La mise en place de ce gouvernement intervient somme toute dans un contexte politique tendu: hier soir, lundi 19 décembre à Kinshasa des jeunes sont sortis dans la rue pour siffler la fin du second mandat constitutionnel du président Kabila, à l'appel de différentes organisations de la société civile. Dans des quartiers contestataires, la police a usé de gaz lacrymogènes pour les disperser. Mais la situation dans l’ensemble était relativement calme, et le dispositif sécuritaire est renforcé dans la capitale pour parer à tout débordement, comme en témoigne Wendy Bashi, au micro de Rémy Mallet – écoute-la en cliquant sur l'imageen tête d'article. Ce matin, des affrontements sont signalés au rond-point Ngaba de la capitale.

Dans l'Est du pays également, des habitants de la commune rurale d'Oicha, dans le territoire de Beni sont sortis avec des sifflets, des bidons et autres objets pour dire au revoir à leur président, en scandant "Bye bye Kabila". Notre correspondant dans la région John Kanyunyu a suivi le déroulement de ces manifestations (écoutez-le ci-contre). Tandis qu'à Lubumbashi, ce matin des tirs nourris ont été entendus à partir de 7h15 TU, dans le sud de la ville, où les affrontements ont été violents entre les forces de l'ordre et manifestants. Un robot de régulation de la circulation routière, au croisement de deux des principales avenues de la ville a été brûlé par des inconnus. A Matshipisha, un carrefour reliant Lubumbashi et la Katuba par lequel passent tous les véhicules poids lourds des minerais et autres vers l'Afrique Australe, des jeunes sont dispersés par des grenades lacrymogènes, à l'aube.

L’opposant historique Etienne Tshisekedi, président de l'UDPS a quant à lui appelé ses partisans, dans une vidéo diffusée ce matin, à mener une "résistance pacifique" contre le président Joseph Kabila, "dont la présidence ne doit pas être reconnue".

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet