1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

RCA : l'impuissance du gouvernement

Les groupes armés intensifient leurs attaques dans le pays. La semaine derniere, plus d'une centaine de civils ont été tués à Bangassou.

Écouter l'audio 02:52

"Comment peut-on combattre les groupes armés sans armes ?" (Jean-Serge Bokassa)

La Centrafrique est en proie à une nouvelle flambée de violences. Des affrontements ont été signalés le week-end dernier dans plusieurs localités du centre et de l'est du pays. La Minusca, la force de l'ONU présente sur place, a perdu six casques bleus, alors qu'à Bangassou, la Croix Rouge fait état de 115 morts parmi les civils. 

Qui sont les assaillants?

C'est à Bangassou, au sud du pays, que les affrontements ont été les plus meurtriers. Mais l'identité des assaillants est moins évidente. Le général Bella Keita, qui commande la force onusienne, a d'ailleurs relevé la singularité des événements de Bangassou. La seule certitude, selon lui, est que les assaillants voulaient tuer leurs concitoyens musulmans. 

A vrai dire, dans le centre-est du pays les violences sont récurrentes depuis le départ de la force française Sangaris en octobre 2016. Elles compromettent le processus de désarmement, mais le ministre de la sécurité publique Jean-Serge Bokassa avoue que la capacité de nuisance des groupes armés n'est pas a négliger : 

"Ce ne sont pas de groupes nouveaux, mais cette fois-ci on peut s’attendre au pire si les mesures idoines ne sont pas prises. Nos militaires ont reçu des formations mais il leur manque des armes pour combattre efficacement les groupes armés"

Facteurs exogènes

De son côté, l'ancienne ministre centrafricaine Antoinette Montaigne, indique que l'Etat est absent dans le pays. Selon elle, les frontieres de la Centrafrique échappent au contrôle de l'Etat.

"La crise centrafricaine est la conséquence de ce qui s’est passé en Libye et de qui se passe dans les autres pays sahéliens. Nous sommes encerclés par des crises non achevées depuis de très nombreuses années."

Les autorités centrafricaines demandent que l'embargo sur les armes à destination de la Centrafrique soit lévé pour stabiliser le pays. Cet embargo est en vigueur depuis 2013. 

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !