1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

RCA, la justice et la paix maintenant

La RCA enregistre, depuis le conflit armé de 2012-2013, de graves violations des droits humains. Amnesty international et des organisations partenaires lancent une campagne contre l'impunité

Écouter l'audio 02:06

"Il ne peut pas y avoir de réconciliation sans justice" (Nicolas Tiangaye. Ex ministre de la justice)

 

Viols, homicides... la République centrafricaine est, depuis le conflit armé de 2012-2013, le théâtre de graves violations des droits humains. Les auteurs de ces crimes, souvent issus des groupes armées anti balaka et de l´ex-Séléka, sont toujours en liberté. Amnesty international et des organisations de la société civile centrafricaine lancent ce 11 mai une campagne pour mettre fin à l'impunité. 

Cela fait des années que les victimes des ces crimes et leurs familles attendent que justice soit faite.Ils souhaitent que les responsables de ces actes puissent les reconnaitre. La campagne  "la justice maintenant! pour une paix durable” souhaite  empêcher qu'une amnistie soit accordée aux auteurs des crimes souligne Ali Ousmane, le coordinazeur des organisations musulmanes de Centrafrique (COMUC), une organisation partenaire d'Amnesty intenational.

"Certaines personnes qui ont eu à commettre des violences veulent se dédouaner,ils veulent au'une amnistie leur soit accordée alors que dans notre pays nous avons accorder beaucoup d'amnistie. Cela n'a pas aboutit à des résultats. Cette fois ci l'ampleur des dégats est trés grande, les blessures sont profondes et l'amnistie ne servira à rien"

Pour l´ancien Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, cette campagne s´inscrit dans un cadre global de recherche de justice, avec la création de la cour pénale spéciale qui á déjà commencé ses premières enquêtes. Selon lui, cette cour est une voie pour apaiser le coeur des victimes.

" ca continue à faire naitre la rèconciliation nationale parce qu'il ne peut pas y avoir de réconciliation nationale sans justice. Il faudrait que les victimes sachent que leurs bourraux ont été sanctionnés"

 

La République centrafricaine est encore fragile et un travail de reconstruction de l'État est nécessaire. La protection des civils, le désarmement des groupes armés, le renforcement du système judiciaire national et de l'état de droit, ainsi que le redressement économique et social sont autant de défis considérables à relever.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !