1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

RCA: Djotodia discute avec Kony, le chef de la LRA

Les autorités de Bangui le confirment, Joseph Kony, l’un des criminels de guerre les plus recherchés est bien sur le territoire centrafricain. Le président Michel Djotodia l’a annoncé ce jeudi à Bangui.

default

Joseph Kony, l'un des criminels de guerre les plus recherchés

Le président de Centrafrique, Michel Djotodia, a déclaré publiquement ce jeudi être "en train de négocier" avec le chef de la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), Joseph Kony, recherché pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre et qui "veut sortir de la clandestinité". " Nous sommes en train de négocier avec lui, il a demandé à être fourni en nourriture, le gouvernement s'est occupé de cela", a ajouté M. Djotodia lors d'une rencontre à Bangui avec des représentants des partis politiques.

Avec la présence supposée de Joseph Kony en territoire centrafricain et sa probable arrestation, c'est l'espoir qui renaît au sein des défenseurs des victimes de la LRA. Theo Boutruche est conseiller juridique au sein du Redress, une organisation de victimes de crimes de guerre :

« Les informations sur les contacts entre les autorités centrafricaines et Joseph Kony et la possibilité qu’il puisse se rendre aux autorités centrafricaines permettent d’entrevoir l’espoir que justice soit rendue pour les crimes commis par la LRA et Joseph Kony. »

Ceasar Acellam Lord's Resistance Army LRA Rebellen Uganda Kongo Zentralafrika

Les rebelles de la LRA sont accusés de crimes de guerre et crimes contre l'humanité

La CPI veut Joseph Kony

Joseph Kony et trois de ses lieutenants sont visés depuis 2005 par un mandat international de la CPI, la Cour pénale internationale en raison des crimes qu'ils auraient commis dans plusieurs pays notamment en Ouganda, en RDC et en Centrafrique. Des précisions avec Theo Boutruche

« Douze chefs de crimes contre l’humanité ce qui inclut des meurtres et des activités d’esclavage, des actes inhumains, vingt et un chefs de crimes de guerre notamment des attaques intentionnelles contre les populations civiles, l’encouragement au viol et l’enrôlement forcé d’enfants, l’un des crimes les plus médiatisés sur la LRA. »

Selon un récent rapport de l'ONU, la LRA a tué plus de 100.000 personnes en Afrique centrale ces 25 dernières années. Elle est aussi accusée d'avoir enlevé plus de 60.000 enfants. Washington a même offert 5 millions de dollars pour la capture du chef de guerre ougandais et aide militairement les pays de la région dans la traque de l'homme.

Informations peu crédibles

Si les autorités centrafricaines se disent disposées à collaborer en vue de l’arrestation de Joseph Kony, plusieurs ONG dont international crisis group, émettent cependant de sérieux doutes quant à la crédibilité des informations données par Bangui. Pour ces ONG, il pourrait simplement s’agir d’une manœuvre destinée à obtenir le soutien de la communauté internationale dans la crise centrafricaine. Pour ICG, ce n’est en effet pas la première fois que ce genre d’information est véhiculé. Un responsable américain sous couvert d'anonymat a lui aussi jugé que les informations selon lesquelles le chef de guerre ougandais Joseph Kony négocierait actuellement sa reddition avec le président de Centrafrique, n'étaient pas "crédibles".

La LRA a été créée en 1988 avec pour objectif principal de renverser le président ougandais Yoweri Museveni et le remplacer par un régime fondé sur les Dix commandements. Mais, le mouvement s'est forgé une effroyable réputation à force d'enlèvements d'enfants et de mutilations de civils.

Ecoutez ci-dessous en exclusivité l'interview de Guy Simplice Kodégué, le porte-parole du président centrafricain.

Écouter l'audio 02:31

"Je confirme que Kony est en Centrafrique à la frontière avec la RDC" (Guy Simplice Kodégué)

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !