Rapport d′enquête sur Fukushima | International | DW | 05.07.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Rapport d'enquête sur Fukushima

La commission d'enquête mandatée par le Parlement japonais a publié son rapport sur la catastrophe nucléaire de Fukushima. La direction de la compagnie Tepco est clairement mise en cause.

default

Le réacteur n°3 de la centrale nucéaire de Ohi remise en marche le 1er juillet 2012

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 dans la région du Tohoku déclenche un énorme tsunami sur tout le littoral nord-est de l'archipel nippon. Une vague géante de 15 mètres de haut surmonte les digues de protection et déferle sur le site de la centrale Fukushima Daiichi, gérée par la compagnie d'électricité Tepco, Tokyo Electric Power. Les systèmes de refroidissement des réacteurs et les générateurs de secours situés en sous-sol sont alors submergés. La catastrophe reste jusqu'ici le plus grave accident nucléaire depuis 1986, depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine.

Japan Fukushima Tsunami trifft AKW Welle

Le tsunami submerge le littoral le 11 mars 2011

"Un désastre créé par l'homme"

C'est la conclusion du rapport de la commission d'enquête. En effet dans leur rapport épais de 641 pages, les experts de la commission d'enquête pensent que les causes fondamentales de la catastrophe sont liées aux systèmes d'organisation et de régulation basées sur des logiques erronées. Cette enquête menée depuis décembre 2011, aboutit à la conclusion (contrairement à deux autres enquêtes menées précédemment) que la direction de Tepco était tout à fait consciente des retards en matière de travaux antisismiques et de mesures anti tsunami. Tepco savait donc que Fukushima Daiichi était vulnérable. Le rapport reproche également à l'opérateur Tepco de ne pas avoir réagi suffisamment vite dans les premières heures de l'accident.

Protest gegen Atomkraft in Japan

Manifestant anti- nucléaire à Tokyo le 1 juillet 2012

Aujourd'hui le Japon tire moins de 2% de son électricité du solaire, de l'éolien, de la géothermie et de la biomasse.

En y ajoutant la production hydraulique, la part des énergies renouvelables n'atteint que 10% de la production totale. Toutefois, conscientes que l'acceptation du nucléaire a sensiblement diminué au Japon, les autorités assurent chercher résolument des solutions de rechange. Jusque là on a encore besoin des centrales thermiques, fonctionnant au gaz, au charbon ou au pétrole, mais aussi de l'une ou l'autre des 50 centrales nucléaires que compte l'archipel. Après une brève période où toutes les centrales nucléaires avaient été arrêtées, les autorités ont donné le feu vert au redémarrage dimanche dernier de la centrale d'Ohi dans l'ouest du Japon.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !