Rapport de la commission d′enquête sur la présidentielle | Afrique | DW | 19.09.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Rapport de la commission d'enquête sur la présidentielle

C'est aujourd'hui qu'a été rendu public le rapport de la commission indépendante d'enquête sur la présidentielle controversée du 27 décembre 2007. Un scrutin à l'issue duquel le pays avait sombré dans la violence.

default

Kofi Annan et les dirigeants kenyans

Neuf mois après la présidentielle au Kenya, il est toujours difficile de dire qui a remporté ce scrutin. C'est la principale conclusion de la commission d'enquête mise sur pied pour dire toute la verité sur les resultats de cette élection. Attendu donc depuis quelques jours, les resultats de cette enquête ont été rendu public ce vendredi. Johan Chritian Kriegler ,magistrat sud africain et président de cette commission d'enquête:

Après un scrutin correct, il y a eu des allégations de truquage de la part de la commission électorale et le processus s'est trouvé affecté. Pour tout dire la vérité, personne n'est en mesure de dire qui a gagné et qui a perdu les élections. Il y a eu la corruption, des achats de voix, des intimidations et bien d'autres choses qui ont terni ce scrutin

Artisan de l'accord de paix signé entre le président Mwai Kibaki et son rival de l'opposition Raila Odinga, Koffi Anan était a Nairobi a la publication dudit rapport:

C'est un rapport constructif, compréhensif et sage. Ce rapport ne doit pas être mis de côté et tomber dans l'oubli. Il faut en tenir compte.

Certains observateurs dénoncent je cite " le refus " de la commission d'enquête de dire la verité sur les resultats de ce scrutin. Pour eux cela constitue une atteinte á la democratie.Evans Monari politologue Kenyan:

Ils ne veulent pas nous dire qui a gagné les dernières élections et cela entretient la confusion et signifie que ceux qui dirigent en ce moment le pays ne le font pas au nom du peuple.Ils n'ont pas de legitimité

Plus de 1500 personnes avaient trouvé la mort dans les violences post-electorales au Kenya. Ce qui avait améné la communauté internationale à initier une médiation par le biais de Koffi Anan ,l'ex sécrétaire générale des Nations Unies.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !