1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Ramener la paix en Centrafrique

Depuis dimanche, le gouvernement centrafricain a entamé des discussions avec des chefs militaires anti-balaka. Elles se déroulent avec la partie de la milice qui se dit prête à coopérer avec les autorités.

Les forces internationales ont arrêté samedi à Bangui une dizaine de membres de la milice anti-Balaka

Les forces internationales ont arrêté samedi à Bangui une dizaine de membres de la milice anti-Balaka

Ces discussions ont commencé suite à une opération des forces internationales dans le quartier de Boy Rabe, dans la capitale Bangui. L'opération s'est soldée par des saisies d'armes et de munitions et l'interpellation de plusieurs cadres de la milice. Une milice désormais divisée en raison de divergences. Patrice-Edouard Ngaissona, qui se présente comme son coordonnateur politique, est en fuite.

Scission au sein des anti-balaka

Avec la scission de la milice anti-balaka, c'est avec une branche qui se dit prête à coopérer avec les autorités de transition que les discussions se déroulent. Une délégation anti balaka composée principalement de membres des Forces armées centrafricaines (FACA) conduite par le capitaine Joachim Kokaté. L'ancien ministre des Petites et Moyennes Entreprises qui était également porte-parole d'un « collectif des officiers libres » qui luttait pour le retour de l'ancien président Francois Bozizé, entend amener les autres factions anti-balaka à coopérer avec la communauté internationale.

La France doit renforcer sa présence militaire avec 400 soldats supplémentaires.

La France doit renforcer sa présence militaire avec 400 soldats supplémentaires.

La faction radicale anti balaka conteste

La branche considérée comme radicale de la milice conteste pour sa part les discussions en cours avec le général Kokaté. Selon Sylvestre Yagouzou le coordonateur des anti-balaka de la zone aéroport à Bangui « ce n'est pas un anti-balaka, nous les anti-balaka on va marcher jusqu'à point zéro, déposer nos armes. Nous, les vrai anti-balaka, on nous laisse de côté. »

Quoiqu'il en soit les discussions avec les anti-balaka entamées hier devraient se poursuivent. Le retour de la sécurité et la réinsertion dans l'armée des anciens FACA au sein de la milice anti-balaka seraient les principaux points à l'ordre du jour.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !