1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Résistance anti-Déby au Tchad

"Iyina", "Trop c'est trop" ou encore "Non à la répression de la jeunesse tchadienne". Voilà ce qu'on pouvait lire ce mardi sur des banderoles malgré la défense faite à l'opposition d'organiser une marche de protestation

Le président du Tchad Idriss Déby est candidat à la présidentielle du 10 avril

Le président du Tchad Idriss Déby est candidat à la présidentielle du 10 avril

La marche interdite d'une coalition contre le pouvoir Idriss Déby s'était résumée à un rassemblement devant le domicile du chef de l'opposition politique, Saleh Kebzabo. Les forces de sécurité ont quadrillé l'itinéraire prévue pour la marche. Mais parallèlement, de nombreux lycéens ne se sont pas rendus dans leurs établissements, en signe de protestation contre le viol de la jeune Zouhoura.

Dans l'extrême nord tchadien, l'armée aurait également pris position dans la ville de Faya Largeau pour empêcher toute nouvelle manifestation de lycéens. Tension donc, une tension palpable alors qu'une élection présidentielle est prévue le 10 avril.

Cette situation est au menu d'une interview qu'a accordé à la Deutsche Welle, Ahmat Mahamat Hassane, un politologue tchadien !

Écouter l'audio 02:05

«Même le vote (du 10 avril) risque d'être un vote sanction si transparence il y a» (Ahmat Mahamat Hassane, politologue)

La plate-forme "Ça suffit", lancée par la société civile pour demander le départ du président Deby, a appelé ce mercredi à une journée "villes mortes" dans tout le Tchad.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !