1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Référendum d'indépendance : le bras de fer s’intensifie entre les indépendantistes et le pouvoir central espagnol

Le gouvernement régional catalan prévoit toujours son référendum d'indépendance pour dimanche. Un vote dans un climat très tendu dans cette région espagnole.

Le vote sur l'indépendance de la région aura lieu. C'est en tous cas ce que souhaitent les autorités locales catalanes en Espagne. Elles ont même annoncé avoir mis 2300 bureaux de vote à disposition pour dimanche, jour où les habitants sont appelés à se prononcer sur l'indépendance de leur région. Mais le maintien de ce référendum exacerbe les tensions avec le pouvoir central espagnol, qui a ordonné à la police d'empêcher la tenue du vote.

Pour les indépendantistes, ce vote est une manière de résister à "l'agression" du pouvoir central conservateur en place à Madrid. Un gouvernement qui fait tout pour tenter d'empêcher la tenue du référendum. "Vous prétendez annihiler l'Etat. En réalité c'est la démocratie que vous voulez détruire et nous ne le permettrons pas", lançait cette semaine la vice-présidente Soraya Saenz de Santamaria. "Vous tentez de diviser les Espagnols et risquez même de diviser les Catalans. Certains responsables politiques catalans se livrent à un jeu bien triste", estime-t-elle.

 

La Police déployée dans toute la région

La police régionale, qui doit désormais répondre au pouvoir central, a reçu l'ordre de fermer dès samedi tous les lieux susceptibles de faire office de bureau de vote, notamment les écoles. Les agents doivent aussi procéder à des fouilles et saisir les urnes, les bulletins et tout autre matériel électoral. Et ils doivent s'assurer que les gens ne votent pas non plus sur le trottoir dans un rayon de 100 mètres autour des bureaux de vote. Ces ordres venus de Madrid sont diversement appréciés par les policiers catalans et les indépendantistes appellent à occuper les bâtiments pour garantir la tenue du vote. 

Par ailleurs, 140 sites internet qui faisaient la promotion du référendum ont déjà été bloqués. Mais le porte-parole du gouvernement de Catalogne, Jordi Turull, assure que les assesseurs sont prêts. "Étant donné l'état d'exception que nous vivons actuellement, et la violation de nombreux droits fondamentaux, nous ne donnerons pas de plus amples détails. La protection des citoyens catalans fait partie de notre mission », dit-il cependant avec prudence.

Personne ne sait exactement ce qui se passera dimanche, en Catalogne. Si des bureaux ouvriront, si la population bravera en masse l'interdiction. Des renforts policiers ont déjà été envoyés sur place, faisant craindre des débordements.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !