1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Quo vadis Venezuela ?

L'opposition vénézuélienne appelle à une manifestation ce jeudi pour dénoncer des dérives dictatoriales du président Nicolas Maduro. Le bras de fer entre pro et anti-chavistes risque de replonger le pays dans l'impasse.

 

Au Venezuela, le bras de fer entre le pouvoir socialiste et le parlement dominé par l'opposition enregistre un nouvel épisode. L'opposition a appelé ce jeudi à une marche contre le pouvoir de Nicolas Maduro. Mercredi déjà, les députés ont voté une résolution visant la révocation des juges de la Cour suprême accusés de "tentative de coup d'État". Le climat politique ne fait que se détériorer. 

Même si l'action des députés risque de ne pas aboutir, elle a au moins une valeur symbolique pour les opposants anti-chavistes. Le parlement est la seule institution qui échappe encore au contrôle du président Nicolas Maduro. Depuis deux ans, l'opposition victorieuse aux élections législatives, et donc majoritaire à l'assemblée, contraint le président Maduro et le bloc chaviste à une cohabitation. Plusieurs fois, des députés de l'opposition ont dénoncé des dérives dictatoriales et exigé la démission du président, comme cela s'est passé au Brésil.

 

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase

 

Mais dans ce bras de fer, le président Maduro a le soutien de la Cour suprême. Celle-ci a décidé, jeudi dernier, de s'octroyer le pouvoir législatif du parlement. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Sous pression, le président Nicolas Maduro a annulé cette décision mais le mal est déjà fait.

Avec cette tension entre pro et anti-chavistes, le Venezuela est au bord d'une nouvelle implosion. Le pays a connu trois tentatives de coup d'État durant les deux dernières décennies et des troubles en 2014 ont dégénéré avec, à la clé, plus de quarante morts selon un bilan officiel.

Beaucoup d'observateurs prédisent des développements qui pourraient tourner en défaveur du président Maduro qui arrive en fin de mandat l'année prochaine. Le pays enregistre une baisse des recettes pétrolières, ce qui accentue les crispations sociales. Même au sein de son camp, le président Maduro commence à se voir reprocher des dérives anti-constitutionnelles. Des reproches qui rejoignent ceux des pays d'Amérique latine, d'Europe, des États-Unis et de l'Onu.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !