Qui sont les rebelles dans le nord du Mali? | Afrique | DW | 03.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Qui sont les rebelles dans le nord du Mali?

Le groupe islamiste Ansar Dine revendique la prise de Tombouctou, après la chute des villes de Gao et Kidal. Mais qui sont Ansar Dine et les membres du MNLA, qui combattent dans le nord contre l'armée malienne ?

Les touaregs sont un peuple présent dans une zone très étendue, qui va de la Libye, au Niger, en passant par le Mali, l’Algérie ou la Mauritanie. Au Mali, ils représentent 10% à peine des 14 millions d’habitants, mais cette communauté s’est déjà rebellée plusieurs fois contre le pouvoir central de Bamako, dans les années 1990, en 2006 et en 2009.

Songhai village. Timbuktu, Tombouctou, Mali Keine Weitergabe an Drittverwerter. usage Germany and Netherlands only, No third party sales., Keine Weitergabe an Drittverwerter., Verwendung nur in Deutschland un

Tombouctou, sur le fleuve Niger

Issa Dicko, touareg originaire de Tombouctou explique ce qui soude ce peuple de nomades :

« Ils avaient le contrôle de tout le Sahara central et étaient organisés en confédérations. Dans la confédération, il y a les tribus et les fractions. Chaque confédération était autonome et organisée politiquement et socialement, avec tous les parcours des pâturages et autres. C’est comme ça que la vie était organisée. »

Tous les touaregs du Mali ne soutiennent cependant pas les actions armées du MNLA, le Mouvement national de libération de l’Azawad, qui réclame l’autonomie des trois grandes régions du nord, autour de Kidal, Gao et Tombouctou, et se revendique laïc. Créé fin 2011, le MNLA est lui-même un groupe assez hétérogène. Il compte dans ses rangs d’anciens rebelles des révoltes des années 1990, des intellectuels, mais aussi d’anciens combattants pro-Kadhafi venus de Libye.

Des groupes divers

Mais il y a également d’autres groupes armés impliqués dans les combats dans le nord du Mali, qui ne poursuivent pas tous les mêmes objectifs. Citons notamment le mouvement « Ansar Dine » - ce qui signifie « protecteurs de la religion », pourtant dirigé par un touareg.

Tuareg Rebellen in Mali

Les rebelles ont vite progressé vers le sud du pays

Professeur Mohammed Benhammou, spécialiste des questions de sécurité et du terrorisme, président du Centre Marocain d'Etudes Stratégiques à Rabat :

« Ce sont des groupes, même quand ils affichent des objectifs politiques, si la finalité est d’arriver à l’autonomie dans les trois grandes zones de la région, il y a une rivalité. Ansar Dine, c’est aussi une certaine dérive vers la mouvance islamiste, qui cherche à avoir des appuis dans la région autres que des appuis politiques. Il cherche une sympathie islamiste dans sa démarche. »

Ansar Dine aurait des liens avec AQMI et des groupes de trafiquants de la région. Le mouvement veut imposer la charia dans la région.

Risque de contagion régionale

Si l’Algérie a su gérer la présence touareg sur son territoire, ce n’est pas le cas de tous les autres Etats frontaliers, plus fragiles, comme le Niger. D’où le risque éventuel de propagation dans plusieurs pays sahéliens. Tout va donc dépendre désormais de la coopération entre les Etats de la région pour contenir cette interconnexion grandissante entre mouvements séparatistes, groupes islamistes et réseaux se livrant à la criminalité transfrontalière.

Auteur : Sandrine Blanchard
Edition : Cécile Leclerc

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !