1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Qui pour stopper le conflit à Gaza ?

La presse revient abondamment sur les évènements du week-end dans la bande de Gaza alors que l'offensive israélienne se poursuit. Il est aussi question de la politique familiale de l'Allemagne.

default

John Kerry n'a pas réussi à négocier un cessez-le-feu sur la durée. Barack Obama y arrivera-t-il ?

La Frankfurter Allgemeine Zeitung revient sur la confusion qui a régné ce week-end dans la bande de Gaza. Dimanche, écrit le journal, plus personne ou presque n'était en mesure de dire qui, du Hamas ou d'Israël, était en train d'observer un cessez-le-feu et qui était responsable de la reprise des hostilités. Malgré le soutien de l'Onu, de l'Union européenne et d'une demi-douzaine de gouvernements, il n'est pas resté grand chose de l'ambitieux plan du secrétaire d'Etat américain John Kerry - un plan qui prévoyait un arrêt des combats pendant une semaine et des négociations en parallèle. La communauté internationale regarde, impuissante, la guerre entrer dans sa quatrième semaine et le nombre de morts dépasser le millier, poursuit le quotidien. Pour le moment, ni Israël, ni le Hamas n'ont envie d'un retour au calme : ils pensent encore qu'ils ont quelque chose à gagner de la prolongation de ce conflit.

Pour la Süddeutsche Zeitung aussi, John Kerry a échoué et les Etats-Unis ont perdu leur influence sur le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. En Egypte, le gouvernement d'Abdel Fattah al-Sissi fait profil bas et ne semble pas vouloir endosser le costume de médiateur. Le Qatar et la Turquie sont deux acteurs nouveaux. Jusqu'ici, ils se sont cependant surtout illustrés par leur tirade anti-israélienne. Conclusion, écrit le quotidien : une solution diplomatique n'étant pas en vue, la guerre ne se terminera qu'au terme d'une analyse des coûts et des avantages des protagonistes.

Symbolbild Kita Betreuungsanspruch ab 01.08.2013

Depuis le 1er aût 2013, l'État verse une allocation aux mères qui restent à la maison. Une initiative loin de faire l'unanimité.

Très loin du Proche-Orient, les journaux reviennent également sur le premier anniversaire de la "prime au fourneau", cette allocation touchée par les parents qui gardent leurs enfants eux-mêmes plutôt que de les mettre à la crèche ou chez une nourrice. Parmi les familles qui ont choisi cette solution, écrit die Tageszeitung, la grande majorité sont des immigrés ou des parents dont le niveau de formation est peu élevé. Les mauvaises langues diront que ces personnes privilégient l'argent à l'éducation de leurs enfants. Die taz estime de son côté que ce dont l'Allemagne a vraiment besoin, c'est d'une offre sérieuse de services d'éducation. Là où elle existe déjà, les demandes de primes sont, comme par hasard, moins nombreuses.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !