1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Qui a remporté le scrutin ?

A la Une : la crise politique en Afghanistan suite à l’élection présidentielle. Les premiers résultats indiquent la victoire d'Ashraf Ghani, mais son rival Abdullah Abdullah dénonce des fraudes électorales.

Abdullah Abdullah a proclamé sa victoire mardi à Kaboul

Abdullah Abdullah a proclamé sa victoire mardi à Kaboul

Après plus de 20 jours d'attente depuis le second tour du 14 juin, les Afghans ne savent toujours pas avec certitude qui est leur nouveau président, écrit die tageszeitung : l'ancien Premier ministre Abdullah Abdullah ou l'ancien économiste de la Banque mondiale Ashraf Ghani ? Abdullah, qui était sorti largement en tête du premier tour, est à présent derrière Ghani, avec un écart de plus d'un million de voix. Un résultat qui, selon Abdullah, est dû à des manipulations. La commission électorale a concédé qu'il y avait effectivement eu des fraudes, mais des deux côtés. Quelle que soit l'issue, des millions d'électeurs risquent de considérer le résultat définitif comme non légitime.

Risque de division

Selon les premiers résultats officiels, Ashraf Ghani est arrivé en tête avec 56,4% des voix

Selon les premiers résultats officiels, Ashraf Ghani est arrivé en tête avec 56,4% des voix

La Frankfurter Allegemeine Zeitung relève que des menaces émanent déjà du camp d'Abdullah de créer un gouvernement parallèle dans le nord du pays, ce qui diviserait de facto l'Afghanistan. La tension est à son comble, surtout depuis que les deux camps se sont mis à jouer la carte ethnique lors du second tour et ont ainsi accentué les divisions déjà existantes dans le pays.

En proclamant lui-même sa victoire et en déclarant qu'il n'accepterait jamais une défaite, Abdullah se positionne de manière trop extrême, analyse la Süddeutsche Zeitung. Si le résultat définitif du scrutin le désigne comme perdant, il n'arrivera plus à calmer ses partisans. En Afghanistan, la politique fonctionne jusqu'à présent sur la base d'arrangements, qui permettent d'apaiser les anciens ennemis en les nommant à des postes-clé. Mais avec sa devise du tout ou rien, Abdullah limite sa marge de manœuvre.

Escalade au Proche-Orient

L'offensive israélienne a fait plusieurs dizaines de mort dans la bande de Gaza, d'où plus d'une centaine de roquettes ont été tirées

L'offensive israélienne a fait plusieurs dizaines de mort dans la bande de Gaza, d'où plus d'une centaine de roquettes ont été tirées

Plusieurs journaux reviennent aussi sur la situation extrêmement tendue au Proche-Orient, où des activistes palestiniens continuent de tirer des roquettes vers Israël depuis la bande de Gaza, dirigée par le mouvement islamiste Hamas, alors que l'armée israélienne poursuit son offensive aérienne sur ce territoire palestinien. La Frankfurter Rundschau estime qu'un Etat doit assurer la sécurité de ses citoyens, au besoin par des moyens militaires. Le journal se demande toutefois si cela va fonctionner. Sur le plan politique, le Hamas se trouve le dos au mur : il mise à nouveau sur sa branche armée pour détourner l'attention de ses propres erreurs et de la situation désespérée dans la bande de Gaza. L'ancien principe « trêve contre trêve » ne fonctionne plus auprès des islamistes, car ils ont très peu, voire même plus rien à perdre.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !