1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Quels liens entre migrations et terrorisme?

En Allemagne, les récents attentats ont mené à un débat autour des liens entre crise migratoire et terrorisme. Crainte d'une menace venue de l'intérieur, politique d'ouverture des frontières, Islam: le débat fait rage.

Slowenien Flüchtlinge bei Rigonce

La liste des pays qui ne souhaitent pas accueillir de réfugiés s'est allongée, à la suite des attentats de Paris

"La menace intérieure", ces jeunes grandis en Europe qui deviennent terroristes, fait peur, explique la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la FAZ. "La coalition veut faire de ces migrants des patriotes par l’intégration et l’éducation. Cela peut-il vraiment mieux se passer qu'en France?". Pour le journaliste, pas de débat possible sur le terrorisme sans un débat sur l’immigration - ce que la coalition au pouvoir se refuse à faire. Pour le journal Die Welt, de Berlin, c'est une erreur: "nombre d’immigrants et leurs enfants ne chérissent pas vraiment l’idée de s’intégrer dans une société dont ils n’apprécient pas les traditions culturelles et dont le mode de vie les choque. C’est dans leurs rangs que sont recrutés les terroristes. Il ne s’agit pas de les montrer du doigt, il s’agit d’une évidence".

London Trauer Solidarität Anschläge Paris

En Europe, les communautés musulmanes sont régulièrement interpellées et invitées à se distancier du terrorisme

Une idée défendue également par la Handelsblatt, de Düsseldorf, pour qui il s’agit aussi de ne "pas importer la guerre qui fait rage au Moyen-Orient."

Des amalgames dangereux

Pour la Süddeutsche Zeitung, de Munich, faire des parallèles entre migration, Islam et terrorisme mène à des amalgames dangereux. "Oui", concède le journal munichois, "une communauté a une responsabilité, un rôle à jouer dans la société. Mais elle ne peut pas être rendue responsable, surtout lorsqu’il s’agit d’une communauté définie aussi sommairement que "les musulmans". Celui qui agit de cette manière, il agit de manière profondément misanthrope".

L'après 11-septembre, un exemple à ne pas suivre?

World Trade Center New York Ground Zero

Le 11 septembre 2001, quatre attentats suicides ont fait presque 3000 morts et déclenché des campagnes militaires au Moyen-Orient

Die tageszeitung, de Berlin, fait un parallèle avec les attentats du 11 septembre 2001, aux États-Unis, et l’emballement sécuritaire qui avait suivi. "Les américains se sont laissés emporter par la rhétorique guerrière de bien des politiques, par la paranoïa. Leur vie n’en est pas devenue plus sûre. Seulement moins libre. L’état d’urgence doit rester l'exception, pas devenir la norme". C’est pourtant "ce qui est à craindre quand les libertés que l’on veut justement défendre en combattant le terrorisme, sont affaiblies et réduites pour des raisons supposées d’efficacité. Alors, les terroristes auraient gagné".




La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !