1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Quels changements pour les Palestiniens ?

Il y a un an, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne obtenait aux Nations unies le statut d’État observateur non membre pour la Palestine. Qu’est-ce que ce statut a changé pour les Palestiniens ?

Le quotidien des Palestiniens n'a pas changé

Le quotidien des Palestiniens n'a pas changé

Un an après le vote à l'ONU, les Palestiniens se disent déçus. Leurs conditions ne se sont pas améliorées et les seuls changements visibles sont à chercher sur les bâtiments officiels, où les panneaux Etat de Palestine ont remplacé ceux de l'Autorité Nationale palestinienne. Rima, étudiant en science politique à Bethléem, exprime sa déception :

« Pour moi, en tant que Palestinien il n'y a eu aucun changement. On vit toujours sous occupation, les checkpoints sont toujours là et je ne peux pas sortir de Palestine sans demander un permis aux Israéliens »

Le 18 novembre 2013, la délégation palestinienne a pour la première fois participé à un vote de l’ONU

Le 18 novembre 2013, la délégation palestinienne a pour la première fois participé à un vote de l’ONU

Pourtant, ce statut d'Etat observateur non membre avait suscité beaucoup d'espoir au sein de la population. Notamment parce qu'il permet, sur le papier, d'adhérer aux autres agences de l'ONU et de poursuivre Israel devant la cour pénale internationale. Mais là encore, rien ne s'est passé comme l'explique la journaliste palestinienne Dalia Hatuqa :

« Un an après, on regarde en arrière et rien n'a changé. Car quand les négociations ont repris entre Israéliens et Palestiniens, les Américains ont expressément demandé à l'autorité palestinienne de suspendre toutes ses démarches pour intégrer d'autres agences de l'ONU. Donc techniquement, ce statut d'Etat observateur non membre est une chaise vide, personne ne s'en sert. »

Les tensions restent vivent entre Israéliens et Palestiniens

Les tensions restent vivent entre Israéliens et Palestiniens

Et les critiques sont encore plus acerbes dans les camps de réfugiés. Là où vivent ceux qui ont dû quitter leurs villages après la guerres israélo-arabes de 1948. Mohammed vit dans un camp de 12 000 personnes à la sortie de Bethléem et il se sent totalement abandonné par les dirigeants palestiniens.

« Si cet Etat de Palestine a pour conséquence de me faire rester toute ma vie dans ce camp de réfugiés, je n'en veux pas. Si cet Etat ne me garantit pas mes droits, je n'en veux pas ! Le seul changement qu'il y a eu c'est qu'on a maintenant une page google Palestine. Mais rien sur le terrain. »

La semaine dernière, l'ambassadeur palestinien à l'onu a assuré que le but ultime était toujours d'obtenir pour la Palestine un statut d'Etat membre à part entière.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !