1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Quelques heures pour la Somalie

L'avenir de la Somalie était au cœur d'une conférence internationale à Londres. Les participants se sont notamment engagés à injecter un nouvel élan au processus politique dans le pays en crise depuis plus de vingt ans.

La conférence internationale pour la Somalie a été initiée par le Premier Ministre britannique David Cameron

La conférence internationale pour la Somalie a été initiée par le Premier Ministre britannique David Cameron

Une cinquantaine de pays et institutions étaient représentés à cette conférence. Pas plus de trois membres par délégation et moins d'une demie journée pour trouver une réponse à la question : Comment faire pour aider la Somalie à sortir de plus de vingt ans de chaos ? Les objectifs à terme étant la lutte contre les insurgés islamistes shebabs et les pirates somaliens, ainsi que la mise en place d'un Etat somalien fort dans les six prochains mois. Mais selon beaucoup d'experts, ces objectifs sont trop ambitieux.

Le Premier ministre somalien Abdiweli Mohamed Ali a demandé la mise sur pied d'un plan marshall

Le Premier ministre somalien Abdiweli Mohamed Ali (à d.) a demandé la mise sur pied d'un "plan marshall"

De l'avis de Gérard Prunier, chercheur indépendant et spécialiste de l'Afrique de l'Est, la résolution durable du problème somalien passerait par un dialogue avec des groupes locaux qui se forment à travers le pays et qui ne se revendiquent ni du gouvernement transitoire somalien, ni des islamistes shebabs. Retrouvez ci-dessous, l'interview qu'il a accordée à Fréjus Quenum en marge de la conférence de Londres.

Comme pour encourager les participants à la conférence de Londres, l'ONU a adopté une résolution portant à dix-huit mille, l'effectif des soldats de l'Amisom, la force de paix de l'Union africaine en Somalie qui en compte actuellement une douzaine de milliers. Un geste salué par le ministre allemand des affaires étrangères Guido Westerwelle qui y voit un signal fort du soutien de la communauté internationale à la Somalie.

Les promesses de Londres

Selon la résolution finale de la conférence de Londres, la communauté internationale s'engage notamment à "injecter un nouvel élan dans le processus politique", renforcer l'Amisom (force de l'Union africaine en Somalie) et aider la Somalie à former ses forces de sécurité, ainsi que d'intensifier les actions pour s'attaquer aux pirates et aux terroristes.

Edition : Anne Le Touzé (avec AFP)

Écouter l'audio 02:01

" Il n'y aura pas de plan Marshall pour la Somalie "

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !