1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Quelle politique aux frontières?

En Europe de l’Est, certains pays ont fermé leurs frontières, face à l'afflux de réfugiés. Même l’Autriche menace de le faire. Face à cela, quelle attitude doit donc adopter l’Allemagne? Le débat fait rage.

Österreich Grenze Slowenien Flüchtlinge Zaun

Des barrières sont déjà en place pour réguler le flux de réfugiés souhaitant franchir la frontière entre l'Autriche et la Slovénie

La fermeture des frontières serait contraire au Droit, européen comme celui allemand. Sur ce point, la presse est unanime. Mais nombreux sont les chroniqueurs pour qui il faut passer outre le Droit. "Tout le monde croyait que dans la crise, l’Union Européenne allait savoir se rassembler, et réinventer le droit d’asile européen. Mais jusqu’ici, c’est le contraire qui se passe.", constate Die Welt, depuis Berlin. "Nous assistons à une renationalisation de l’Europe. Alors l’Allemagne n’aura pas le choix, il faudra fermer les frontières, jusqu’à ce que l’État de Droit soit rétabli." Un ton alarmiste que l’on retrouve également dans les pages de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la FAZ. "Impossible de continuer comme ça", titre le quotidien de Francfort, pour qui l’Europe ne peut accueillir "tous ceux qui le désirent". Mais "toute fermeture de frontière trahirait le principe de solidarité qui unit l’Allemagne au reste de l’Europe !", rappelle le journaliste.

Slowenien Österreich Flüchtlinge bei Sentilj

La Slovénie peine à fournir aux réfugiés un endroit où dormir et de quoi se nourrir

La vie des réfugiés et migrants sur la route des Balkans est en jeu. Conclusion : "tant que les infrastructures d’accueil dans les pays de transit ne seront pas suffisantes, l’Allemagne devra tolérer que ceux-ci laissent passer les réfugiés". Le quotidien juge toutefois juste que les dirigeants allemands "durcissent le ton" envers l’Autriche, un pays qui selon lui encourage les réfugiés à poursuivre leur chemin vers l’Allemagne, alors qu’il aurait les moyens d’accueillir plus de migrants.

Une politique d'ouverture source de tensions

Pour die Tageszeitung, la TAZ, si l’Allemagne prend la décision "folle" de fermer ses frontières, cela ne ferait qu'accroître les tensions avec les pays voisins, soumis à une forte pression migratoire. Et ce serait abandonner les pays de transit, comme la Grèce, à leur sort. "Pourquoi donc Athènes devrait-elle accepter, avec enthousiasme en plus, de débarrasser les riches pays d’Europe du Nord des réfugiés ?", ironise le quotidien berlinois. Avant d'ajouter que les réfugiés trouveraient de toutes les façons le moyen de passer. "La bonne image de l'Allemagne dans le monde, voilà sa richesse. Il faut la défendre!", conclut la TAZ.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !