1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Quelle politique africaine pour l'Allemagne?

En Allemagne, la politique africaine du gouvernement fait débat, surtout lorsqu’il s’agit de la gestion des flux migratoires. C'est notamment le dialogue entamé avec la dictature en place en Érythrée qui fait des vagues.

Symbolbild Mittelmeer Bundeswehreinsatz gegen Schleuser Soldaten

En Méditerranée, des soldats allemands luttent contre le trafic de migrants

Qu'ils soient originaires d'Érythrée ou du reste de la Corne de l’Afrique, la volonté d'empêcher les réfugiés et migrants de quitter leur pays est de plus en plus présente en Allemagne. Dans le cadre du "processus de Khartoum", signé en 2014, l’Allemagne et l’Union Européenne coopèrent avec les États de la Corne de l’Afrique pour que ceux-ci retiennent leurs ressortissants. Une mauvaise stratégie, selon Robert Kappel, l’ancien directeur de l’institut Giga pour les études africaines, basé à Hambourg: "En Afrique aussi, nous érigeons des barrières. C’est selon moi la mauvaise voie. La population africaine va doubler d’ici 20 à 30 ans. C’est-à-dire qu’ils ont une population très jeune, qui aspire à une éducation et à un travail, et nous, nous ne faisons qu’assister à cela en spectateur pensant que ce problème va se régler tout seul."

Flüchtling aus Eritrea Gemeindehaus Martin Patzelt Briesen CDU

Des réfugiés érythréens en Allemagne

L’Allemagne doit revoir sa copie en matière de politique africaine et miser sur la coopération économique, technologique et culturelle. Et non pas seulement sur l’aide au développement ou la répression des migrations.

Une action plus ciblée

Andreas Lämmel, le président du cercle de travail Afrique de la CDU/CSU, le parti conservateur allemand, est moins sévère. Il plaide pour une meilleure coopération entre les différents ministères: "Il est clair que chacun a ses propres moyens financiers à mettre en œuvre. Mais je le répète, nous devons adopter une approche plus globale, commune à tous les ministères, car cela permettra selon moi de mettre en œuvre nos moyens de manière plus concentrée."

Les deux experts s’accordent sur un point: les causes de cette crise migratoires sont aggravées par la politique étrangère de l’Union Européenne. En cause, des accords de partenariats économiques, qui ouvrent largement le marché africain aux entreprises européennes. Ils fragiliseraient les institutions régionales, notamment en supprimant en grande partie les droits de douane, une recette budgétaire importante.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !