Quelle Europe pour demain? | Europe | DW | 22.06.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Quelle Europe pour demain?

L'union européenne et le FMI sont au chevet du patient Grec, mais sous les coups de boutoir des marchés financiers, c'est l'avenir de la zone euro et de l'Europe qui est en jeu.

Bundeskanzlerin Angela Merkel (CDU) nimmt neben Frankreichs Präsident Nicolas Sarkozy am Freitag (17.06.2011) den Kopfhörer ab während einer Pressekonferenz im Bundeskanzleramt in Berlin. Merkel war mit Sarkozy zu bilateralen Gesprächen zusammengetroffen. Foto: Michael Kappeler dpa/lbn +++(c) dpa - Bildfunk+++ pixel

Compromis d'urgence entre la chancelière Angela Merkel et le président Sarkozy pour aider la Grèce

Le chef de la diplomatie italienne Franco Frattini a appelé à ne pas perdre de temps pour mettre en place l'aide financière à la Grèce: tout délai, a-t-il expliqué, risque d'exposer l'ensemble de l'Europe á une crise de crédibilité face aux marchés. Face à cette menace, les désaccords franco-allemands, qui ont finalement été surmontés lors d'une rencontre rapide à Berlin entre la chancelière Angela Merkel et le président Sarkozy, pèsent lourd . Le Professeur Henrik Uterwedde, de l'institut franco-allemand de Ludwigsburg, joint au téléphone, explique les raisons de ces désaccords par des différences d'approche de la crise: l'Allemagne se focalise sur la discipline budgétaire, la France privilégie la solidarité européenne.

Portugal et émigration

ILLUSTRATION - Portugiesische Euromünzen liegen am Montag (10.01.2011) in Schwerin auf einer Nationalflagge von Portugal. Das hoch verschuldete Euro-Land Portugal wird doch die Finanzhilfe der Europäischen Union beantragen. Das erklärte der Finanzminister der geschäftsführenden Regierung, Fernando Teixeira dos Santos, am Mittwoch (06.04.2011) in Lissabon. Foto: Jens Büttner dpa/lmv +++(c) dpa - Bildfunk+++

L'économie du Portugal ne décolle pas. Les jeunes font leurs valises vers d'autres cieux.

Un tiers des Portugais - environ cinq millions de personnes - sont inscrites dans les consulats étrangers. Et parmi eux certains ont tout juste quitté leur pays. Les chiffres officiels indiquent que 30 000 portugais ont émigrés l'an dernier, officieusement on évoque 100 000 départs. La vérité est probablement entre les deux, mais ces chiffres traduisent probablement la plus grande vague d'émigration lusitanienne depuis les années 60 et 70. Nouveauté, on part vers le Brésil et l'Angola , les anciennes colonies qui elles sont en plein développement. Mais les Portugais tentent aussi leur chance dans les pays de l'Europe du nord : en l'Allemagne par exemple. Notre correspondante Marie-Line Darcy est allée à leur rencontre à l'institut Goethe de Lisbonne:

L'Europe en bref...

Avant de clore ce magazine quelques nouvelles: la démocratisation promise par le Traité de Lisbonne semble prendre visage. Des syndicats et des employeurs ont décidé de se réunir pour introduire une initiative citoyenne visant à interdire les stages non rémunérées. De très nombreux jeunes qualifiés sont en effet mis á contribution par des employeurs pour faire le même travail que des salariés, sauf ... qu'ils ne sont même pas rémunérés. L'initiative citoyenne, nouveauté du Traité de Lisbonne, peut devenir loi si le Parlement européen et le conseil l'acceptent.

En pour terminer sur un sourire, la presse finlandaise déplore que les baies qui poussent dans les forêts de leur pays, situé au nord de l'Europe ne trouve plus preneur. Elles sont pourtant très bénéfiques pour la santé. Mais les Finlandais partent de moins en moins à la cueillette avec pelle et seau. Ce sont les oiseaux ou les ours qui se régalent en attendant.

Auteur: elisabeth cadot Edition: Carine Debrabandére

Audios et vidéos sur le sujet