1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Quel est l'état réel des finances du Soudan du Sud?

C'est l'une des questions abordées jeudi à Berlin lors d'un débat organisé par la fondation Heinrich Böll. Une manifestation qui coïncide avec la suspension des premiers pourparlers entre le Soudan et le Soudan du Sud.

Les deux pays avaient entamé en début de semaine des discussions au plus haut niveau à Adis Abeba, un dialogue interprété comme une volonté politique de la part des deux dirigeants Omar el-Béchir et Salva Kiir.

Moins d’un an après sa création, le Soudan du Sud est impliqué dans plusieurs conflits qui l’opposent à son voisin du nord. Or ces conflits coûtent de l’argent et cet Etat naissant est quasiment en faillite : le gouvernement a décidé de mettre fin à la production de pétrole. Edward Thomas est spécialiste du Soudan au Rift Valley Institute:

Members of a high level delegation from the government of South Sudan, including Pagan Amum, front center wearing blue blazer, the South's chief negotiator, visit the oil fields of Paloich, South Sudan on Tuesday Feb. 21, 2012, tasked with assessing the southern government's oil shutdown. In January, the Government of South Sudan completely shut down oil production because of a dispute with their former civil war foes in the northern Republic of Sudan. South Sudan's acting U.N. ambassador said Monday his country wants to build alternative pipelines through Kenya, Ethiopia and Djibouti to ship oil while trying to resolve a dispute with neighboring Sudan over fees for using its pipelines. (Foto:Pete Muller/AP/dapd)

Il y a différentes opinions à propos des réserves du Soudan du Sud

« Il y a différentes opinions à propos des réserves du Soudan du Sud : certains disent qu’elles seront épuisées dans un mois, d’autres dans six mois. Je ne sais pas qui a raison. Mais ce qui est sûr c’est que quand ces réserves seront épuisées, le pays n’aura pas d’autres ressources financières : le gouvernement finançait 97% de son budget avec les revenus du pétrole. Et aucun donateur ne pourra compenser cette perte. »

Des soutiens plus ou moins officiels

Les donateurs sont nombreux. Les Etats-Unis sont notamment très présents dans la région. Mais il y a également des soutiens moins officiels. C'est ce qu'explique Duma Komey, professeur de géographie humaine à l'université de Juba:

« La supposition la plus évidente, c’est que la Chine et d’autres acheteurs du sud paient d’avance du pétrole qui n’a pas encore été foré. Mais c’est seulement une supposition puisqu’il n’y a aucune déclaration sur le sujet. »

Officiellement, le Soudan du Sud vit donc sur ses réserves qui seront bientôt épuisées. Et la question du partage des revenus du pétrole, qui n'a pas été réglée avant la sécession, fait piétiner les pourparlers entre les deux voisins, comme le dit Duma Komey:

Sudanese President Omar Hassan al-Bashir waves to supporters after receiving victory greetings at the Defence Ministry, in Khartoum April 20, 2012. South Sudan said on Friday it would withdraw its troops from the disputed Heglig oil region more than a week after seizing it from Sudan, pulling the countries back from the brink of a full-blown war. Sudan quickly declared victory, saying its armed forces had liberated the area by force as thousands of people poured onto the streets of Khartoum cheering, dancing, honking car horns and waving flags. REUTERS/ Mohamed Nureldin Abdallah (SUDAN - Tags: MILITARY CONFLICT POLITICS) // Eingestellt von wa

Le président soudanais, Omar el Beshir

«D’après moi, ces négociations sont avant tout une réponse à la pression internationale. Elles ne correspondent pas à une volonté de trouver un compromis. Car pour chacune des deux parties, un compromis serait destructeur. Je vous donne l’exemple du pétrole : le nord veut faire payer 36 dollars le baril tandis que le gouvernement du Soudan du Sud est prêt à donner un dollar. Les différences sont bien trop importantes. »

Et d’après Duma Komey, les négociations entre les deux Soudans pourraient prendre beaucoup de temps, comme le CPA, l’accord de paix global qui a été conclu après plus de 10 ans de pourparlers.

Auteur : Audrey Parmentier
Edition : Kossivi Tiassou

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !