1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Quel bilan pour Joseph Kabila?

Il a pris le pouvoir le 16 janvier 2001, après l’assassinat de son père, Laurent Désiré Kabila. Joseph Kabila est élu président de la RDC, en 2006, puis réélu en 2011, avec la promesse de réaliser cinq grands chantiers.

En République Démocratique du Congo, les dirigeants du "Rassemblement" sont de nouveau réunis autour d'Étienne Tshisekedi, le vieil opposant, pour décider d'une position commune sur la fin du mandat du président congolais Joseph Kabila, le 20 décembre. Au même moment, le dialogue national continue de marquer le pas depuis le 1er septembre, à Kinshasa. La coalition de l'opposition réunie au sein du "Rassemblement" est d’accord pour un "vrai dialogue", bipartite, entre elle et la Majorité présidentielle. Mais ce dialogue, dit-elle doit se faire sous la médiation d’un autre facilitateur, l'actuel facilitateur de l'Union africaine Edem Kodjo ayant été récusé.

Vital Kamerhe (DRK) (Getty Images/AFP/J. D. Kannah)

L'opposant Vital Kamerhe participe au dialogue politique

L’opposition menée par Vital Kamerhe ainsi que la Conférence épiscopale nationale du Congo, la CENCO n’arrivent pas non plus à faire entendre raison au régime Joseph Kabila. C'est dans ce contexte que le président de la CENI, Corneille Nangaa a déclaré que le fichier électoral pourrait être finalisé au plus tard le 31 juillet 2017 - ce qui signifie que le corps électoral ne sera pas convoqué avant novembre 2017, renvoyant ainsi la tenue de la présidentielle à une année plus tard - soit deux ans après la fin du second mandat du président Joseph Kabila. Environ 45 millions d’électeurs potentiels doivent prendre part au scrutin selon un communiqué publié par le Bureau du facilitateur Edem Kodjo. Et la question qui demeure sur toutes les lèvres est de savoir si le président congolais va oui ou non, briguer un troisième mandat alors que l’actuelle Constitution le lui interdit ? On se rappelle qu’il a pris les rennes du pouvoir le 16 janvier 2001, après l’assassinat de son père, Laurent Désiré Kabila.

Demokratische Republik Kongo Proteste in Kinshasa (DW/W. Bashi)

Les manifestations anti-Kabila sont récurrentes en RDC

Après une période de transition de 5 ans, Kabila fils est élu Président le 27 novembre 2006, puis réélu le 28 novembre 2011, à l’issue d’un scrutin contesté par l’opposition. Le président issu de la première élection pluraliste avait promis à ses compatriotes la réalisation de cinq grands chantiers pour sortir la RDC de l’ornière. Quel bilan peut-on dresser de ces promesses?

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter l'analyse d'Éric Topona. 

Par ailleurs, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale - la CPI- a déclaré avoir reçu des informations sur les tueries de Béni, dans le Nord-Kivu. Fin septembre, la justice militaire congolaise avait condamné à mort dix présumés rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) reconnus coupables des massacres à répétition à Béni et ses environs dans l'est de la RDC. A en croire les Nations Unies, mi-août  "au moins cinquante civils" avaient été tués en une nuit. Enfin, selon l'ONU, ces tueries à répétition dans cette zone sont majoritairement imputées aux ADF. Une version  partiellement remise en cause par un récent rapport d'un Groupe d'étude sur le Congo de l'Université de New York. Selon ce groupe, les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces massacres, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

E.Topona/afp

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !