1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Quel avenir pour l'AGOA ?

L'Afrique pèse moins de 1% des importations des États-Unis et l'administration Trump ne cache pas son peu d'intérêt pour le continent. C'est dans ce contexte peu favorable que se tenait, à Lomé, le 16e forum de l'AGOA

Écouter l'audio 01:57

"Il faut se préparer pour l’exportation" (Candide Bamezon Leguede)

Le forum de l'African Growth and Opportunity Act (AGOA), c'est-à-dire la "loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique", a permis aux ministres du commerce des pays éligibles de trouver des  moyens pour tirer le meilleur profit de cette loi. "Aujourd'hui, nous devons réfléchir. C'est une ouverture déjà et c'est un partenariat qui va continuer," explique Bernadette Leguezim Balouki, ministre togolaise du Commerce.

Au total 6.000 produits sont concernés par les réductions de taxes à l'importation mais elles ne sont applicables que sous certaines conditions - droits de l'homme, bonne gouvernance et respect des droits des travailleurs. "C'est tout un processus," rappelle Candide Bamezon Leguede, de la fédération africaine des femmes chefs d'entreprise. "Il faut se préparer pour l'exportation. Nos états, ceux qui sont admis dans l'accord AGOA, doivent mettre en place des stratégies et des plans d'actions pour pouvoir faciliter ce processus."

Pour Donald Trump, l'Afrique n'est pas la priorité

Le forum de Lomé intervient à un moment où on note que la nouvelle administration américaine accorde moins d'intérêt au continent africain et beaucoup d'observateurs s'interroge sur l'avenir de la loi. Mais Peter Barlerin, du département d'Etat américain, se veut plus rassurant : "C'est vrai que l'environnement a changé et nous sommes en train d'étudier comment mieux faire pour que les pays africains puissent mieux profiter de l'AGOA."

Ismael Tanko estime pour sa part que cet accord ne va peut-être pas tenir encore des décennies mais en attendant il faut en profiter. "Peut être est-ce le post AGOA qui sera problématique. Mais pour le moment, nous sommes dedans," dit ce jeune entrepreneur togolais. 

Bonne nouvelle côté textile

Le Forum de Lomé s'achève néanmoins  sur une bonne nouvelle pour le Togo. "Je viens de signer une lettre approuvant un visa textile et habillement AGOA pour le Togo," a annoncé Robert Lighthizer, représentant au commerce des Etats Unis. "Cette étape importante permettra aux entrepreneurs togolais de tirer profit des nombreux avantages pour le textile et l'habillement disponibles dans le cadre du programme AGOA."

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !