Que la lumière soit! | Vu d′Allemagne | DW | 19.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Que la lumière soit!

Au lendemain de la nouvelle audience sur le bombardement de Kunduz, le rôle du ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, dans cette affaire fait de nouveau la Une des journaux allemands

default

Aujourd'hui ce n'est pas Dieu mais la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui dit "Que la lumière soit". L'opinion publique a le droit de savoir, au moins après coup, pourquoi ce bombardement du 4 septembre a conduit à la démission de l'ancien ministre de la Défense Franz Josef Jung, du secrétaire d'Etat à la Défense, Peter Wichert et du chef d'état-major de l'armée, le général Wolfgang Schneiderhan. L'opinion publique a également le droit de comprendre pourquoi la possibilité qu'il y ait eu des civils parmi les morts a d'abord été exclue catégoriquement - selon Kaboul, l'attaque ordonnée par la Bundeswehr a tué 30 civils - Est-ce parce que quelqu'un voulait cacher quelque chose? Et puis, le successeur de Franz Josef Jung, Karl-Theodor zu Guttenberg n'a toujours pas expliqué pourquoi il a reconnu que le raid ne se justifiait pas militairement après avoir soutenu le contraire pendant des semaines.

Zapfenstreich für Schneiderhan und Wichert 2009

Le ministre de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg entouré de l'inspecteur général de la Bundeswehr Wolfgang Schneiderhan et du secrétaire d'Etat à la Défense Peter Wichert

Pour la Saarbrücker Zeitung, il est désormais clair que Karl-Theodor zu Guttenberg est non seulement prêt à sacrifier le chef d'état major pour en faire un bouc-émissaire et servir sa propre carrière mais qu'il lui arrive aussi de parler sans réfléchir. Deux caractéristiques qui ne font pas bon ménage avec quelqu'un qui a autorité sur l'armée.

La Süddeutsche Zeitung estime elle aussi que le ministre bavarois considère son poste actuel comme une simple étape dans sa carrière. En dehors du fait que le bombardement de Kunduz est l'acte de guerre le plus meurtrier ordonné par un officier allemand depuis la Seconde Guerre mondiale, l'erreur de jugement de Karl-Theodor zu Guttenberg est impardonable, écrit le quotidien. Parce qu'il est populaire auprès de l'électorat allemand, jeune et bien-né, il n'a pas pris les précautions d'usage. Et pour cette faute-là, aucun général ni aucun secrétaire d'Etat n'est coupable.

Kandahar Flughafen

L'aéroport de Kandahar

Un mot pour finir sur die Welt qui s'interesse également à l'Afghanistan et à l'offensive que préparent les Alliés sur Kandahar, bastion des taliban, deuxième ville du pays et clef du succès pour l'Otan. Perdre Kandahar, c'est perdre l'Afghanistan, écrit le quotidien.

Auteur: Konstanze von Kotze / Edition: Carine Debrabandère

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !