Que faire pour mettre fin aux violences en Libye ? | Afrique | DW | 25.02.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Que faire pour mettre fin aux violences en Libye ?

La communauté internationale envisage des sanctions contre le gouvernement du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi

default

Le président allemand Christian Wulff lors d'une conférence de presse après un entretien avec le président italien Giorgio Napolitano

En particulier les Etats - Unis et l’Union européenne veulent faire monter la pression sur le régime libyen et mettre fin à la violence contre la population libyenne. La situation explosive en Libye préoccupe aussi les dirigeants allemands à Berlin...Berlin qui juqu'ici, a fait de bonnes affaires avec la Libye

Le vice chancelier et chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle a voulu montrer sa détermination:

On doit mettre rapidement un terme à cette folie de violences contre son propre peuple. Le temps des appels est terminé. Maintenant il faut agir ."

Westerwelle zu Libyen

le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle

Une opinion qui rejoint celle du président allemand Christian Wulff:

"Les images en provenance de la Libye sont absolument choquantes, insupportables. Que la population soit tyrannisée par la violence du régime Kadhafi, cela doit prendre fin. C’est du terrorisme d’état. On peut dire que c’est sans aucun doute les actes d’un psychopathe. Et je pense que dans un cas pareil le monde doit réagir de manière unanime."

A Berlin, le ministre allemand des Affaires étrangères a évoqué les sanctions qu’il a proposé que l’Union européenne décide pour la Libye :

…Un embargo sur les armes, un embargo sur les marchandises, qui peuvent servir à la répression , un gel des avoirs de Khadafi et le refus de visa pour lui et sa famille. Personne ne devrait pouvoir se reposer sur le sang et les propriétés de son peuple. Ce sont les 4 propositions que j’ai formulées en Europe..."

Une proposition remarquable, lorsque l’on pense que la Libye est un partenaire commercial très important pour l’Allemagne, juste derrière l’Italie, l’ancienne puissance coloniale qui occupe la première place des échanges commerciaux avec Tripoli. En 2009, les ventes de l’Allemagne ont atteint un volume de 1,3 milliards d’euros, tendance en hausse, et l’Allemagne a importé du pétrole libyen pour plus de 3 milliards d’euros.

En raison de restrictions et de sanctions internationales contre la Libye entre 1999 et 2006, l’Allemagne avait dû déjà réduire ses ventes , notamment d’armes.

Flash-Galerie Waffen von Heckler & Koch

Fusil -mitrailleur HK MG43 du fabricant allemand Heckler & Koch

Mais dès 2007, l’Allemagne exportait à nouveau des systèmes d’armement et des munitions vers la Lybie pour près de 24 millions d’euros. En 2009, les ventes allemandes d’armes se chiffraient à 53 millions d’euros.

En Italie, le président Giorgio Napolitano a dit ne pas rejeter l’idée de sanctions mais qu’il souhaitait un paquet de mesures plus complet,et notamment des mesures contre l’immigration clandestine. Quant au chef de la diplomatie à Rome, Franco Frattini, il met en doute l’efficacité d’un éventuel gel des avoirs libyens à l’étranger.

Aujourd’hui, ce ne sont pas les propositions qui manquent, mais l’unanimité au sein de l’Union européenne pour pouvoir agir rapidement vis-à-vis de Libye.

Auteur: Philippe Pognan
Editeur: Ibrahim Tounkara